Volonté de Dieu et “bon avenir”

J’aimerais savoir comment connaître la volonté de Dieu ? Pour vous résumer la situation : je suis un catholique très pratiquant et je prie quotidiennement. Cela fait maintenant plusieurs années que je demande au Seigneur de me montrer le chemin pour avoir un bon avenir et je prie notamment pour une formation que je désire intégrer depuis plusieurs années. Une fois de plus, je me retrouve en situation d’échec car je n’ai pas la formation que je désirais tellement. Malgré tant de prières, de neuvaines. J’ai beaucoup de personnes qui ont prié pour moi mais rien ne semble “fonctionner “. Aujourd’hui j’ai peur, j’ai peur de perdre confiance en Jésus, qu’un fossé se creuse entre lui et moi. J’ai l’impression qu’il m’a abandonné. Comment garder confiance et espérance après plusieurs échecs ? Si la formation en question n’était pas faite pour moi, J’ai demandé au Seigneur de me montrer la voie qu’il me réserve mais rien ne s’est produit. Je suis épuisé psychologiquement, il m’arrive même de le supplier pendant mon sommeil pour qu’il me donne un avenir. Aujourd’hui je vois mes amis réussir dans leurs études tandis que moi j’ai l’impression d’être sur “pause”. Parfois je me dis que les personnes issue d’autres religions ou athées dans mon entourage obtiennent tout ce qu’ils veulent dans la vie alors que moi, connaissant la vérité qu’est la chrétienté j’ai le sentiment de ne plus avancer dans la vie. Je sais qu’être chrétien n’est pas une vie facile mais suis je obligé de subir tant d’épreuves ? Lorsque des doutes apparaissent quand une prière malgré des années de prières et d’espérance. Que faire et comment connaître la volonté de Dieu ?

Il est très délicat de répondre à cette question vis-à-vis d’une personne en grande souffrance, car elle a certainement davantage besoin d’écoute et d’accompagnement spirituel que d’une réponse théologique, avec la froideur que l’écrit ajoute en plus. Néanmoins, nous allons tenter d’apporter quelques éléments, qui auront au moins le mérite d’éclairer la question, à défaut de la résoudre.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un « bon avenir » ? Le Seigneur n’a jamais promis cela ici-bas. La Vierge disait à Ste Bernadette, « Je ne vous promets pas d’être heureuse en ce monde mais dans l’autre ». Nous croyons à un Dieu qui n’a pas eu un « bon avenir ». Il est mort sur une croix, c’est-à-dire de la pire manière possible, et son entreprise a été un échec. Du moins à vue humaine. Dieu n’est pas une assurance chômage, ni une assurance maladie, ni un passeport réussite à des examens. Ceux qui prétendent le contraire sont des charlatans.

Que cela induise des doutes, c’est normal. Que des athées ou des personnes d’autres religions aient des vies plus heureuses, c’est parfaitement vrai. Dieu « fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes » (Mt 5, 45). La question n’est pas là.

Alors, que faire ? Commencer par examiner la situation avec bon sens. La question ne précise pas si la formation souhaitée est académique ou professionnelle. Nous risquons donc un questionnement dans les deux cas : pourquoi désirer cette formation ? Que va-t-elle apporter ? La personne a-t-elle le niveau et les pré-requis exigés ? A-t-elle travaillé suffisamment pour passer la sélection ? Selon quelle méthode et qu’est-ce qui pourrait être amélioré ? Est-ce une question de relationnel, voire de « piston » et a-t-elle fait jouer son réseau comme il se doit ? S’est-elle attiré des ennemis qui vont l’empêcher d’obtenir ce qu’elle veut ? Comment y remédier ? Et, plus fondamentalement, cette formation est-elle une vraie solution ou n’est-ce pas une fausse piste ? Quels moyens ont été pris pour avoir une vraie réflexion sur son orientation professionnelle ou académique ?

Il n’y a pas besoin d’être chrétien pour discerner ces différents points. Mais on peut les confier dans la prière et demander conseil de chrétiens avisés, autant que de personnes compétences pour aider à s’orienter. Pas n’importe qui.

Car, sur le plan spirituel, une fois ce discernement simplement humain est fait, se pose la question de la volonté de Dieu. La règle générale est qu’elle rejoint la volonté de l’homme, si celui-ci a une intention droite. Que nous dit le Christ à ce propos ? « Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas: Que mangerons-nous? Que boirons-nous? De quoi serons-nous vêtus? Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par surcroît » (Mt 6, 31-33).

Il faut donc commencer par cela, en se souvenant aussi qu’Il nous dit : « Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d’échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l’homme. » (Lc 21, 36).

Volonté de Dieu et “bon avenir”
5 (100%) 4 votes