Voile de laïque?

En quelle année, est-ce que les femmes laïques ont-elles arrêté de porter le voile sur la tête ? Est-ce après le Concile ?

Le voile pour les femmes est, dans plusieurs cultures antiques, le signe de la femme mariée. C’était vrai dans la culture hébraïque, assez courant dans l’Antiquité romaine. C’est en ce sens que les religieuses en habit portent un voile et que les vierges consacrées reçoivent un voile blanc lors de leur consécration : il est le symbole de leur union avec le Christ-Epoux. Nous précisions « religieuses en habit » car, bien avant le Concile, certaines congrégations ne portaient pas de voile : les Auxiliatrices du Purgatoire étaient habillées comme « des veuves » lors de leur fondation au XIXe siècle et avaient un bonnet, les Xavières ont toujours été en civil, pour ne citer que ces deux exemples.

La tradition de la femme mariée portant un voile en Occident a pu perdurer partiellement au Moyen Age, quoiqu’elle soit davantage diluée, d’autres coiffes étant possibles selon les moments, les modes et les classes sociales, sans lien avec l’état de vie de la personne : hénin pour les nobles à certaines périodes, par exemple. C’est encore plus vrai aux époques suivantes. D’autant plus que, jusqu’aux années 1950, il était courant d’avoir la tête couverte, que ce soit pour les hommes ou les femmes : chapeau, fichu, béret, bonnet, bibi… du foulard de Grace Kelly au bibi de Jacky Kennedy en passant par le chapeau d’Ingrid Bergman, les possibilités sont multiples et existent encore.

Toutes ces considérations vestimentaires pour dire que le port d’un voile pour les laïques catholiques n’a jamais été systématique, ni à la messe ni ailleurs. Il a longtemps été d’usage que les femmes aient la tête couverte à l’Eglise. Mais, d’une part, cela n’a jamais été systématiquement avec un voile ou même une mantille, sauf dans certaines églises orientales ou communautés traditionnalistes. Ce pouvait très bien être un chapeau. D’autre part, cette coutume n’est en rien fondée théologiquement. Elle vient d’une interprétation erronée de la Première épître aux Corinthiens (cf. notre article https://www.reponses-catholiques.fr/couverture-des-femmes-a-la-messe/ pour des explications détaillées sur ce point). C’est donc un usage purement culturel et non à proprement parler religieux.

Ajoutons que, si l’on n’est pas une reine catholique en audience papale, ce qui est le cas de beaucoup de monde, toute femme mariée dans l’Eglise latine souhaitant porter une mantille se doit d’en avoir une noire. Des jeunes filles laïques en portent parfois une blanche mais cela présente un grand inconvénient : cela entraine une confusion avec la virginité consacrée, puisque les vierges consacrées sont en civil car elles vivent dans le monde. Or, le voile blanc est un des signes de leur consécration. Porter une mantille blanche quand on est une laïque embrouille la symbolique entre état laïc et état consacré.