Vaccins éthiques ou non

Je suis surpris par votre réponse sujet des vaccins:1/ je suis dubitatif sur les”avortons” utilisés; dans les années 60 il y avait peu d’avortements (et donc peu de “matière première) contrairement à l’heure actuelle; de plus il est quand même plus aisée de faire des recherches à base de cellules “fraiches” que sur des cellules conservées soixante ans (si c’est possible !) 2: Il existe des vaccins non élaborés à partir de cellules humaines, entre autres par exemple le vaccin russe ni plus ni moins efficace que le pfizer ou l’astiranautica, mais ils sont refusés pour d’obscures raisons politiques par les européens (sauf Hongrie etc) et la macronie

Malheureusement, les deux points de la question ont de très bonnes chances d’être inexacts. Nous ne sommes pas des scientifiques et ne prétendons pas être compétents à propos des vaccins.

1/ Il n’en reste pas moins que plusieurs sources font état de lignes cellulaires obtenues à partir d’avortements dans les années soixante par un laboratoire néerlandais, puis d’autres dans les années soixante-dix, quatre-vingt et plus récemment. Les cellules recueillies ont été cultivées depuis et entrent, à un stade ou un autre selon les vaccins, dans la conception, évaluation ou production du vaccin.

2/ Oui, il existe des projets de vaccins pour lesquels aucune cellule issue de fœtus avortés n’a été utilisée à aucun stade de son élaboration. D’après le document consultable sur le lien suivant, ce n’est ni le cas du vaccin Pfizer, encore moins AstraZeneca (nous n’avons jamais entendu parler d’astiranautica) : Vaccins contre le Coronavirus et utilisation de cellules de fœtus avortés : état des lieux – Institut Européen de Bioéthique (ieb-eib.org). Ce n’est pas non plus le cas du vaccin russe du laboratoire Gamaleya.

Le problème est que, à notre connaissance, il n’y a pas encore de vaccin « éthique » non conçu à partir de cellules issues d’avortements, disponible au grand public. C’est pourquoi, pour faire simple, le St Siège a communiqué qu’il était licite de se faire vacciner avec les vaccins déjà accessibles, mais que le fidèle devra s’orienter vers un vaccin éthique lorsque ces derniers seront sortis. Ce qui suppose d’avoir le choix du vaccin et ce qui est encore un autre problème.

Répondre