Une forme de prière est-elle supérieure aux autres?

Existe-t-il une forme de prière supérieure à d’autres ? Ayant du mal à faire oraison silencieusement, je prie avec la prière des heures en m’efforçant de lire lentement et de laisser les mots raisonner en moi.

C’est une excellente manière de prier et le lecteur ne doit pas se culpabiliser ou se décourager parce qu’il n’est pas à l’aise avec l’oraison mentale. Cette forme d’oraison, « démocratisée » surtout avec Ste Thèrèse d’Avila et les jésuites, est en effet hautement valorisée dans la tradition spirituelle. « La porte d’entrée du château, c’est l’oraison », nous dit la Santa au début du Château intérieur.

Mais ce n’est pas la seule. La liturgie des Heures est bien plus ancienne et garde toute sa valeur. Nous encourageons cependant l’auteur de la question à la pratiquer en groupe, en se rendant dans un monastère ou un une congrégation religieuse qui la pratique près de chez lui, au moins de temps en temps. Plusieurs s’adaptent aux laïcs avec des horaires compatibles avec le travail. Ou alors, ce peut être le weekend. Il n’en sera que mieux porté par une liturgie chantée en communauté. Mais si ce n’est pas possible, ce n’est pas dramatique.

D’autres formes de prière peuvent être explorées : la récitation du chapelet, l’Adoration eucharistique, la louange dans un groupe de prière charismatique. Les propositions d’Eglise ne manquent pas et sont accessibles à tous, du moins en ville. Ajoutons une oraison mentale très brève, mais très féconde pour la vie quotidienne : ce que les jésuites appellent la prière d’Alliance, juste avant de se coucher. Elle peut ne durer que 3 à 5 min sur le plan très simple du « Merci-Pardon-S’il te plait », afin de relire la journée écoulée et confier celle qui vient.

Enfin, rappelons que l’oraison mentale, cela s’apprend. Les jésuites ou les carmes organisent souvent des écoles de prière, une recollection dans un de leurs centres spirituels ou dans un monastère permet aussi de s’initier, par exemple en une journée ou un weekend… Avant d’être plus expérimenté pour se lancer dans une vraie retraite en silence pendant 5 ou 8 jours, voire les « grands » « Exercices spirituels de St Ignace » de 30 jours. On n’en est pas encore là mais qui sait ?