Une confession abrégée est-elle valide?

Il m’est arrivé à différentes reprises d’avoir relativement bien préparé ma confession mais que le prêtre ne me laisse pas terminer et me donne l’absolution, cette confession est-elle valide?

Tout ce qui n’est pas du fait intentionnel du pénitent n’empêche pas le sacrement de réconciliation d’être valide. Du moins à partir du moment où la confession a bien respecté le rituel : auriculaire, par un prêtre (même s’il n’a pas les facultés), avec la prière d’absolution adéquate, etc.

Si le confesseur abrège, ou est sourd, ou n’écoute pas, cela n’empêche pas le sacrement d’opérer. Encore une fois, tant que cela ne vient pas du pénitent (par exemple, d’aller voir sciemment un confesseur malentendant). D’où l’importance, pour un bon sacrement de réconciliation, que le confesseur demande si le pénitent a bien terminé avant de donner l’absolution.

Que des confesseurs lassés ou stressés par la file d’attente « expédient » les confessions, cela arrive malheureusement. Ce n’est bien sûr pas une bonne façon de faire mais c’est le problème du prêtre, plutôt que celui du fidèle qui vient le voir. Celui-ci peut cependant faire un discernement avant : préparer une présentation des faits synthétique, ne pas noyer dans trop de détails (encore plus s’ils sont scabreux) mais ne pas omettre les détails-clefs qui permettent à l’interlocuteur de véritablement comprendre l’enjeu, se garder des scrupules en confessant des peccadilles, ne pas transformer le confessionnal en cabinet de psychothérapie ou bureau des pleurs etc.

Pour cela, un accompagnement spirituel en amont de la confession peut aider grandement. Certes, un bon accompagnateur spirituel est difficile à trouver, vue la raréfaction des ministres ordonnés et personnes consacrées aptes à le faire. Mais certains laïcs sont très qualifiés pour ce service d’Eglise. Parler plus longuement avec son accompagnateur permet de débrouiller les situations compliquées, de faire la lumière sur ses problèmes… Et d’aller à l’essentiel en confession.

Une confession abrégée est-elle valide?
Notez cet article