Un chrétien peut-il s’aimer?

Pourquoi Dieu peut s’aimer lui-même (ou plutôt s’aime lui-même) et non le chrétien? Pourquoi l’amour de soi est contraire à l’amour de Dieu?

Pourquoi Dieu s’aime-t-Il lui-même ? Parce que Dieu est Trinité. Dieu ne s’aime pas d’une façon égocentrique. Justement, la Trinité nous dit que Dieu est trois Personnes en relation d’amour l’une avec l’autre. « Dieu est amour », comme dit la Première épître de Jean, parce que, justement, il y a une relation d’amour à l’intérieur de lui-même, en quelque sorte.

Venons-en au chrétien. Certes, St Augustin parle dans La cité de Dieu de « l’amour de Dieu au mépris de soi »  et de « l’amour de soi au mépris de Dieu » mais il ne faut pas faire dire à cette citation plus que ce qu’elle dit.

Aimer Dieu en premier, « Dieu premier servi », comme disait Ste Jeanne d’Arc, jusqu’au à être prêt à mourir pour lui dans le martyre, ou simplement à s’engager radicalement à la suite du Christ pauvre, chaste et obéissant dans la vie religieuse, ou auprès des plus pauvres, que l’on soit consacré ou laïc, c’est bien une voie de sainteté. Cela suppose, en effet, de s’oublier soi-même. Mais un père ou mère peuvent aussi faire ce choix pour leurs enfants, un conjoint pour sa conjointe (et réciproquement), deux personnes qui s’aiment, un ami pour un ami, mais aussi le capitaine d’un bateau en perdition pour ses passagers ou un officier pour ses soldats. Bien des personnes font le sacrifice de leur vie, ou simplement s’oublient et se dévouent, pour d’autres.

Lorsqu’on évacue « les femmes et les enfants d’abord » lors d’une catastrophe, tous les hommes concernés font ce sacrifice. C’est héroïque mais même des non chrétiens peuvent le faire. Cette expérience n’a donc rien de critiquable.

Pour la deuxième partie de la citation, « l’amour de soi au mépris de Dieu », il ne faut pas se tromper. L’amour de soi est contesté, s’il est au mépris de Dieu. Il peut y avoir un amour de soi juste. D’ailleurs, « Tu aimeras le prochain comme toi-même » (Lv 19, 18 repris en Mc 12, 31) est un commandement divin. Si on ne s’aime pas soi, on ne peut aimer l’autre. Par conséquent, pour aimer, il faut s’aimer soi. Mais pas au mépris de Dieu.

Répondre