Un catholique peut-il prêter le serment d’Hippocrate?

Le fait de jurer (au sens prêter serment) est discuté en théologie comme étant délicat, pas nécessairement un péché en soi mais pas anodin vis à vis des commandements de Dieu. Ma question est la suivante : est-il préférable pour un médecin en devenir, de foi catholique, de ne pas prêter le serment d’Hippocrate ? (Qui commence par « je jure »).

Il n’est pas question pour un catholique de ne pas accomplir son devoir d’état, dans la mesure où c’est pour le bien commun, et de ne pas se plier aux règles et usages qui permettent de le faire. Nous ne sommes pas spécialistes des sujets médicaux mais il nous semble bien qu’un médecin doit prêter le serment d’Hippocrate. Rien, dans ce serment, n’est contraire à la foi catholique ou au bien commun. Remarquons que ce sont plutôt ceux qui ne respectent pas ce serment qui commettent le mal : ainsi les soignants qui participent à un avortement, ce que la version initiale du serment proscrivait. Il a fallu le réécrire mais son esprit originel n’est manifestement plus respecté sur ce point.

Pour en revenir à la question de jurer, un médecin catholique peut très bien prêter ce serment, et, surtout, le respecter (y compris dans l’esprit d’origine sur le problème de l’avortement). Un catholique doit parfois prêter serment pour servir le bien commun dans différentes autres circonstances : au tribunal ; s’il est membre d’une profession assermentée, par exemple policier ou postier etc.

Comme le souligne la question, l’interprétation théologique sur le fait de jurer n’est pas si univoque que cela. Cf. notre article https://www.reponses-catholiques.fr/serment-sur-la-bible/