Un avocat catholique peut-il aider une partie dans un divorce?

Cette question doit plutôt se poser au plan prudentiel, dans un cas concret, que de façon générale. Mais, puisque la question est posée de façon générale, je vais tout de même essayer d’y répondre.

Je ne crois pas qu’il soit, de façon générale, interdit à un avocat catholique de plaider dans une affaire de divorce.

D’abord, parce qu’il peut se faire que la partie assistée soit lésée par le divorce et que ce soutien permet de rééquilibrer les “forces en présence”, et ainsi d’éviter une sorte de répudiation.

Ensuite, parce que l’avocat se contente de donner des conseils juridiques et qu’il n’est pas décisionnaire dans la procédure de divorce.

Enfin, je note que peu de gens voient de difficultés à ce qu’un avocat catholique assiste, dans un procès au pénal, un meurtrier avéré – ce qui n’est tout de même pas moins grave que d’être convaincu d’adultère.

En revanche, il va de soi qu’un avocat catholique ne peut pas pousser une des parties au divorce. Et, surtout, il est à craindre qu’un avocat spécialisé dans ces tristes affaires de divorce ne s’accoutume à l’idée du mariage comme contrat librement rompu, alors que le mariage, pour un catholique, est, sinon toujours un sacrement, du moins une institution destinée à durer pour protéger les parties les plus faibles, à commencer par les enfants.

Qu’un avocat catholique soit mêlé à une affaire de divorce est, hélas, une conséquence du malheur des temps. Il est possible qu’il y participe sans faute de sa part. Mais il est impossible qu’il s’en satisfasse!

Un avocat catholique peut-il aider une partie dans un divorce?
2.8 (55%) 4 votes