Stérilité et validité du mariage

alliance

Question: La stérilité est-elle une cause de nullité pour un mariage? En feuilletant un code de droit canonique, j’ai vu que les personnes stériles n’étaient pas admises au sacrement du mariage, mais qu’en est-il de ceux qui découvrent leur stérilité en étant mariés? Je sais que, dans l’histoire, l’Église a déjà refusé l’annulation pour ce motif, mais tout m’a l’air contradictoire.

En droit canonique, un mariage est jugé nul si les conditions pour qu’il soit valide n’étaient pas réunies avant le mariage, mais pas après (à l’exception du « privilège paulin », c’est-à-dire le droit de quitter son conjoint et de se remarier s’il empêche le conjoint chrétien ou chrétienne du couple de pratiquer sa foi).

Si un couple découvre la stérilité d’un des conjoints après le mariage, il n’y a donc pas a priori de cause de nullité. Sauf à pouvoir prouver que la personne le savait avant le mariage et l’a caché à son/sa fiancé(e). Dans ce cas, il y aurait lieu de consulter un canoniste pour examiner l’engagement d’une procédure en nullité. Des exceptions ont pu exister dans l’Histoire pour les rois, en cas de stérilité des reines, au motif qu’ils doivent pouvoir assurer la continuité dynastique pour le bien commun de leur royaume (ce qui ne concernerait potentiellement plus que 3 couples, de nos jours dans le monde).

Cette réponse générale faite, insistons encore sur le fait qu’une demande de nullité est une démarche juridique. Elle requiert donc avant tout de consulter des personnes formées en droit canon. Il y en a dans chaque diocèse.

Stérilité et validité du mariage
3.5 (70%) 2 votes