S’exclure de la communion par intinction?

J’ai assisté avec une immense tristesse à une Messe récemment. En effet, à la Communion, les fidèles trempaient l’Hostie dans le vin consacré sans aucune précaution, des gouttes du précieux sang tombaient à terre dans l’indifférence générale. Pour certains, s’ ils avaient trempé leur pain dans le bol de leur petit déjeuner, le résultat n’aurait pas été pire ! Devant un tel blasphème je n’ai pas pu aller communier.  Je priais pour trouver une solution pour stopper ces communions. Écrire: à qui ? A l’évêque ? Que faire ? Merci de m’éclairer et de m’apaiser.

Nous ne connaissons pas cette église et ne pouvons donc évidemment pas répondre pour son curé ou son équipe paroissiale. Sur un plan général, la communion sous les deux espèces par intinction se prend normalement avec l’Hostie consacrée trempée dans le Précieux Sang par le ministre de la communion et non le fidèle qui communie. Ceci dit, que le fidèle communie par intinction en trempant lui-même le Corps du Christ peut se rencontrer. Qu’on le déplore ou non, cela existe.

En revanche, se scandaliser ainsi sur le mode d’intinction parce que des gouttes du Précieux Sang tombent par terre ne nous parait pas ajusté. Non pas que ce ne soit pas scandaleux en soi. Mais que ce soit le ministre de la communion ou le fidèle qui trempe l’hostie, le risque que des gouttes tombent est le même. Quand on y réfléchit, il est même supérieur si c’est le ministre qui trempe l’hostie et la donne : vue que son autre main est occupée à tenir le calice, il n’a pas moyen de « rattraper » une goutte. Alors que le fidèle a au moins une main de libre pour le faire. Ce qui serait souhaitable, c’est de prendre davantage de précautions en ayant une petite patène tenue par le ministre ou un servant d’autel au dessous ou tout simplement d’incliner le calice pour que le fidèle communie au dessus.

Les jugements à l’emporte-pièce sur des communiants ayant soi-disant « trempé leur pain dans le bol de leur petit déjeuner » nous paraissent encore plus injustes. L’auteur de la question n’a aucune idée de ce qui se passe dans leur for interne et il ferait mieux, lui, de se disposer à recevoir la Sainte Communion,  que de se mêler de celle des autres.

Le résultat ne s’est d’ailleurs pas fait attendre. Il s’est lui-même exclu de la communion eucharistique et le Diviseur a réussi à écarter un chrétien de ce Sacrement. Pire, il prie pour en priver d’autres chrétiens ! Donc il demande au Christ de priver ses frères de Sa Présence, Lui qui s’est donné, justement, dans l’Eucharistie pour les sauver et les amener à Lui. S’il y a un blasphème, il n’est pas là où l’auteur le dit !!

Si l’auteur tient absolument à écrire des lettres, avant de les adresser à telle ou telle personnalité mitrée, il pourrait d’abord en parler avec le curé de cette paroisse. La communion sous les deux espèces se pratique le plus souvent dans des congrégations religieuses, beaucoup plus rarement dans des paroisses diocésaines. Cette église est-elle celle d’une congrégation ? Auquel cas le bon interlocuteur serait le supérieur local, puis son Provincial.

S’exclure de la communion par intinction?
1.6 (32.67%) 30 votes