Servantes d’autel

D’une paroisse à l’autre les servants d’hotels sont parfois uniquement des garçons, parfois des enfants garçons ou filles. Comment expliquer cette situation à des gens irrités par i/ des pratiques variables d’un lieu à l’autre ii/ ce qu’elles jugent comme une discrimination à l’égard des filles (quand le curé choisit de n’avoir que des garçons comme servants d’hotels)? J’ai bien conscience que ce n’est pas le sujet central de la messe, et que les personnes gagneraient à s’interroger sur les causes d’une telle irritation, mais serai intéressé par un rappel sur ce qui est normalement prévu en matière de liturgie, et ce qui peut être – le cas échéant – laissé à la libre interprétation du prêtre. Merci pour votre réponse…et votre travail sur ce site!

L’hôtellerie, c’est un vrai métier qui ne s’improvise pas et nous n’avons donc aucune compétence pour parler des « servants d’hôtel ». Tout au plus pouvons-nous souligner le caractère chrétien de certaines écoles hôtelières. L’Opus Dei, par exemple, a plusieurs établissements dans ce secteur.

Pour ce qui des servants d’autel, appelés souvent « enfants de chœur » quand ce sont des mineurs, le sujet est effectivement assez clivant. Le texte de Redemptionis sacramentum n° 47 est pourtant très clair : « Les filles ou les femmes peuvent être admises à ce service de l’autel, au jugement de l’Évêque diocésain; dans ce cas, il faut suivre les normes établies à ce sujet. » Donc même les femmes adultes peuvent être servantes d’autel si l’Ordinaire du lieu l’autorise.

Il semble en effet que bien des gens l’ignorent, y compris parmi les prêtres, les consacrés et les théologiens. D’autres en font fi pour des raisons idéologiques et cela crée les frustrations évoquées dans la question.

Ayant dit cela, on peut entendre que, pour des raisons pastorales, certains curés souhaitent impliquer ainsi des garçons réfractaires à des engagements mixtes, ou y voient un moyen de susciter des vocations sacerdotales. Mais cela ne vaut pas pour les servants d’autel adultes et relève plus de l’anthropologie que de la théologie.

Servantes d’autel
2.8 (56.36%) 11 votes