Sens du Purgatoire?

Que signifie réellement le purgatoire et pourquoi doit-on prier pour les morts?

Nous avons répondu à plusieurs questions sur ce thème et nous invitons le lecteur à s’y reporter. La dernière : https://www.reponses-catholiques.fr/bible-et-purgatoire/.

Comme l’explique cet article, l’origine biblique du Purgatoire se fonde dans le Deuxième Livre des Maccabées. La révolte des Maccabées contre l’occupant macédonien portait sur la volonté de ce-dernier d’éradiquer la foi juive pour la remplacer par une religion d’Etat syncrétique. Les personnes fidèles à la Loi juive étaient gravement persécutées.  Au chapitre 12, suite à une bataille, on a constaté que des Juifs morts au combat portaient sur eux des amulettes d’idoles païennes.

Le problème est donc qu’ils sont à la fois morts pour une cause juste, dans une guerre sainte (même si l’expression fait peur aujourd’hui, c’est bien de cela qu’il s’agit : une guerre de libération contre une oppression religieuse), et en même temps en état du péché d’idolâtrie, le plus grave qui soit. Ils sont donc à la fois juste et pécheurs. Leur mort au combat devrait les conduire au Paradis mais leur idolâtrie les vouer à l’Enfer, notions qui commencent à apparaître à l’époque des Maccabées et du Livre de Daniel, au IIe siècle av. J.-C. Comment résoudre ce dilemme ?

Aux versets 41-42 l’armée se met en prière pour le pardon des péchés de ceux qui sont morts en état de péché. Aux versets 43-45, Juda Maccabée, leur chef, fait offrir des sacrifices pour eux : « voilà pourquoi il fit faire ce sacrifice expiatoire pour les morts, afin qu’ils fussent délivrés de leur péché », conclut le chapitre. Un sacrifice, en régime chrétien, c’est le Saint sacrifice de l’Eucharistie, autrement dit, « faire dire une messe » pour les morts. Le terme de « peines purgatives » vient de St Augustin, ce qui a donné le Purgatoire.

Le Purgatoire, c’est exactement cela. La plupart d’entre nous ne sommes ni totalement bons, ni totalement mauvais. Nous sommes tous touchés par le péché mais plus rares sont ceux qui meurent en état de péché mortel (d’où l’importance, en passant, des derniers sacrements et de la confession régulière). Nos âmes ne sont donc pas encore purifiées pour contempler la Béatitude divine, ce qui est le paradis, et pourtant promises par notre baptême à cette contemplation et à la résurrection au Dernier Jour. Aussi, l’Eglise a qualifié de « purgatoire » ce temps de purification et de pardon des péchés pour en être délivré. De quelle purification s’agit-il ? De prise de conscience de ses péchés, de pénitence pour eux, de guérison de blessures, de pardon prononcé qui n’avait pu être dit du vivant de la personne.

La personne décédée… Est morte et bien morte, pas encore ressuscitée. Elle ne peut donc rien faire pour son salut. D’où le rôle des vivants pour l’aider par leurs prières, les messes qu’ils font dire, dans le cadre de la Communion des Saints. C’est-à-dire la solidarité entre tous les chrétiens, peu importe qu’ils soient vivants ou morts en attente de résurrection. On peut donc prier pour quiconque, qu’il soit mort ou vivant. Tout comme les soldats maccabéens avaient l’habitude de prier pour les vivants, pour la victoire par exemple, mais ont aussi été solidaires de leurs compagnons morts.

Sens du Purgatoire?
5 (100%) 2 votes