Se remarier et communier après un mariage à l’Eglise non sacramentel?

Je suis baptisée et confirmée et mère de deux filles. Le père de mes enfants est divorcé et s’était marié à l’église. Il a reçu récemment le baptême ainsi que la confirmation. Nous vivons séparément. Mes deux questions sont les suivantes: 1° Peut-il communier ? 2° Un mariage religieux serait-il possible ou son précédent mariage reste-t-il valide?

Le père en question s’était marié à l’Eglise, alors qu’il n’était pas baptisé. Son mariage n’était pas un mariage sacramentel mais l’Eglise reconnait que ce mariage était légitime. Il est donc a priori valide.

1° Sur la première question, tout dépend s’il a une relation avec l’auteur de la question ou non. « Vivre séparés » veut dire pas mal de choses. S’ils sont un couple en concubinage, il est curieux que cette personne ait pu recevoir le Baptême et la Confirmation dans son état matrimonial. En tout état de cause, il ne peut pas communier s’il a des relations hors mariages, encore moins s’il est validement marié à quelqu’un d’autre.

Si les personnes « vivent séparées » au sens de ne plus avoir de relations de couple, c’est différent. Nous ne voyons pas d’empêchement, du moins si cet homme se confesse avant d’aller communier. Le divorce ne prive pas des sacrements. C’est le remariage et les relations adultérines qui en privent.

2° Un mariage religieux n’est, à notre sens, pas possible tant que le premier mariage n’est pas déclaré nul. Il faudrait alors faire une démarche de nullité auprès du tribunal ecclésiastique du diocèse. Cela aboutit dans 90% des cas et la procédure est moins lourde et moins couteuse qu’un divorce civil. A moins que le fait que le mariage, non sacramentel, puisse ouvrir à un remariage sans avoir besoin d’une procédure de nullité (ce qui aurait justifié le Baptême et la Confirmation).

Notre réponse porte, en effet, sur les mariages sacramentels. Pour voir si les conditions sont plus simples dans le cas d’un mariage non sacramentel, le mieux est de consulter un canoniste. Il y en a un dans chaque diocèse. Le prêtre et l’équipe du catéchuménat qui ont préparé au Baptême peuvent être de bon conseil.