Sanctum propositum

Le “Sanctum Propositum” ou lien sacré prononcé par la vierge consacrée lors de sa consécration peut-il aussi s’appeler un “voeu solennel de virginité”?

Justement, non, pas du tout. Le Sanctum proposititum, ou propos de virginité dans le rituel en français, n’est pas un vœu religieux. C’est un sacramental, c’est-à-dire, « une prière publique et solennelle de l’Eglise ». Il est remis entre les mains de l’évêque, et non une supérieure. L’évêque donne la consécration, après avoir imposé les mains (ce qui n’est pas le cas lors d’une profession solennelle). Ce que ne fait nullement  une abbesse, une prieure ou une supérieure pour les religieuses apostoliques.

Il en résulte plusieurs différences notables :

  • les vierges consacrées ne font pas de vœux religieux de pauvreté, chasteté et d’obéissance. Elles s’engagent à suivre ces conseils évangéliques selon leur état de vie concret, leur travail etc, mais ce ne sont pas des vœux religieux en fonction de la Règle ou des Constitutions d’un ordre religieux ou d’une congrégation
  • elles s’engagent dans la virginité, ce qui n’est pas la même chose que la chasteté
  • la consécration est un sacramental, c’est-à-dire un quasi-sacrement. Elle est irrévocable, même si la vierge retourne à l’état laïc, se marie, ou vit « notoirement et publiquement dans un état contraire à la virginité consacrée », à l’inverse des religieuses qui peuvent être relevées de leurs vœux dans certains circonstances, même s’il faut que le St Siège prononce l’indult, dans le cas de vœux solennels : par exemple, une moniale qui a fait profession dans un monastère et qui est obligée de changer de monastère si le sien ferme. Elle peut validement et licitement demander à être relevée de ses vœux, même si elle est professe perpétuelle
  • la consécration est faite une fois pour toute, sans profession temporaire avec premiers vœux, puis vœux solennels comme pour les religieuses
  • les vierges consacrées ne sont pas tenues de vivre en communauté
  • elles dépendent directement de l’évêque, et non, encore une fois, d’une supérieure
  • ce sont des consacrées séculières dans un diocèse donné, et non des religieuses.

Un point commun, cependant, entre les vierges consacrées et les religieuses : les vierges consacrées sont également membre d’un ordre, l’Ordo virginum.

Sanctum propositum
5 (100%) 3 votes