Salut des membres de sa famille

J’ai été très intéressé par votre article sur : ” Les époux restent-ils mariés dans l’au-delà? ” et par la réponse que vous apportez. J’admets très facilement que notre âme en adoration devant Dieu pour l’éternité n’aura plus besoin d’un conjoint. Mais en sera-t-il de même concernant mes enfants et mes parents ? Comment se désintéresser des êtres qu’on a élevait depuis leur naissance sur terre et dont l’éducation consistait d’abord à sauver leur âme de l’enfer… Comment accepter que mes parents que j’aimais profondément sont perdus pour toujours… Mes enfants et mes petits-enfants sont croyants. Mais mon frère et ma soeur se sont détournés de la religion. Ma mère a refusé un prêtre lors de ses derniers moments… Comment puis-je imaginer les abandonner à l’enfer pour l’éternité ? Comment comprendre que ceux qui nous entourent durant notre vie sur terre et que nous aimons seront séparés à jamais de nous ? Je prie beaucoup la Sainte Vierge pour eux mais je suis lucide aussi sur leur manque de foi… Et tout ceci me perturbe beaucoup …

Le Christ s’est exprimé plusieurs fois à ce sujet et c’était la lecture d’il y a quelques jours : « « Ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique. » (Lc 8, 21). Il faut garder cela en tête pour ne pas se laisser engluer dans une désolation qui n’a rien du Bon esprit. L’Ecriture est totalement muette sur les relations entre membres d’une famille au Ciel. Tout juste, la Parabole de Lazare et du Mauvais riche indique que le pauvre Lazare est auprès d’Abraham, qui est son ancêtre. Donc les membres d’une famille qui vont au Ciel s’y retrouvent, mais nous n’en savons pas plus sur les modalités. D’ailleurs, nous n’avons pas dit qu’on ne retrouve pas son conjoint au Paradis, nous avons rappelé les paroles du Christ qui précise qu’ils n’auront plus de relations maritales. Mais il n’y a aucune raison de penser que l’un des deux ne sera pas sauvé. C’est très différent.

Le problème est de parler de membres de la famille « dont l’éducation consistait d’abord à sauver leur âme de l’enfer ». Nous sommes obligés de le dire sans fard : ils n’ont tout simplement pas reçu une éducation catholique. Ils ont reçu une éducation à fort relents de jansénisme, ce qui explique les tourments de l’auteur de la question maintenant. Un chrétien ne cherche pas à se sauver de l’Enfer, il cherche à accueillir le Salut de Dieu en suivant le Christ pour la gloire de Dieu et le Salut du monde. C’est tout à fait différent.

Car, comme nous l’avons expliqué dans la série de 8 questions de cet été (cf. par exemple, https://www.reponses-catholiques.fr/comment-le-paradis-peut-recevoir-des-gens-imparfaits-7-8/), on ne va pas en Enfer comme ça. Le jansénisme et le protestantisme sont deux hérésies très proches sur ce point et les deux ont été condamnés par l’Eglise catholique. Il ne faut pas s’étonner que le frère, la soeur et la mère de l’auteur de la question aient rejeté cette religiosité-là. On ne va en Enfer qu’en cas de péché mortel, et encore, nous le répéterons inlassablement, personne ne peut sonder les reins et les cœurs, ni mesurer la Miséricorde de Dieu. C’est Dieu qui juge, pas nous. Qu’a refusé la mère du défunt ? Une certaine religiosité qui lui agitait qu’elle allait croupir en Enfer ou Dieu lui-même ? Qui peut le dire ?

Donc, nous le répétons encore. Celui ou celle qui ne veut pas voir ses enfants en Enfer les éduque selon la foi catholique – mais vraiment catholique – et il témoigne de cette foi auprès des autres membres de sa famille. Et enfin, il prie pour le salut de leur âme, même après leur décès. La conversion de St Augustin que Ste Monique a obtenue, d’autres peuvent l’obtenir par son intercession aussi. La Communion des saints et la prière d’intercession sont puissantes et ce sont de beaux cadeaux que le Seigneur nous fait pour le salut de la multitude.