Saint Augustin

st augustin

Question: Qui est saint Augustin?

 

St Augustin (354-430) est né à Thagaste, l’actuelle Souk Arras, dans la province romaine d’Afrique, qui regroupait plus ou moins l’actuelle Tunisie et le Constantinois algérien. Théologien et philosophe, c’est un des plus grands intellectuels qui a profondément marqué la pensée occidentale, y compris dans la modernité. Luther, Descartes ou Pascal, par exemple, sont profondément augustiniens, sous un aspect ou un autre.

Pour l’Eglise catholique, St Augustin est un théologien majeur, auteur d’une littérature considérable en latin. Citons ses trois « monuments », Les confessions, La cité de Dieu et De Trinitate, qui ont tous fait l’objet de reprises. Augustin a en effet donné un cadre argumenté et rationnel de la foi chrétienne, qui a pu servir à toutes les démarches ultérieures d’intelligence de la foi. Ses commentaires de l’Ecriture sont aussi une source inépuisable de méditation et sa réflexion sur son propre itinéraire est un modèle pour la vie spirituelle.

Sa vie est, en effet, elle-même métaphore de sa spiritualité. Après de brillantes études à Carthage, Augustin va entamer une longue recherche spirituelle, à Carthage d’abord, puis en Italie où il ira « faire carrière ». Cette recherche commence très loin de la foi chrétienne de sa mère, Ste Monique. Augustin s’intéresse d’abord aux idéologies et philosophies à la mode dans l’élite intellectuelle romaine, récalcitrante au christianisme : le manichéisme, puis, face à l’inanité de cette doctrine, auprès des penseurs néo-platoniciens. C’est finalement à Milan qu’Augustin se convertit. Dans cette ville qui est celle qui compte à cette époque dans l’Empire, il assiste aux homélies de l’évêque Ambroise. Cette prédication accompagnée par un travail d’introspection très finement raconté dans les Confessions – des siècles avant la psychanalyse ! – aboutit à une expérience mystique qui bouleverse radicalement sa vie et le conduit à un engagement total à la suite du Christ.

Sa vie personnelle accompagne cet itinéraire de conversion. Si sa vie affective n’est pas aussi délurée qu’il le dit rétrospectivement dans les Confessions, il est clairement intéressé par les femmes. Il vit même en concubinage et a un enfant qui mourra assez jeune. Poussé par sa famille, il abandonne sa compagne en vue d’un mariage avec une riche fille de patriciens qui serait un atout pour sa carrière.

Mais sa conversion rend caduc ce projet de mariage, Augustin n’envisageant la suite du Christ que dans une chasteté radicale. Il tente des expériences de vie quasi-monastique. Mais sa foi accompagnée de ses talents rhétoriques en font un candidat idéal pour l’épiscopat. Comme Ambroise avant lui, il est obligé d’accepter une charge d’évêque et devient celui d’Hippone, l’actuelle Annaba en Algérie. C’est là qu’il mourra, au milieu de son peuple affamé pendant le siège de sa ville par les Vandales.

Toute sa vie, Augustin aura défendu la foi catholique contre les païens, d’abord ses anciens condisciples manichéens et néo-platoniciens. Il laissera aussi une œuvre immense contre des hérésies chrétiennes comme le pélagianisme ou le donatisme. Ce rôle de défense de la foi marque son œuvre dans un style assez polémique, puisqu’il débat contre des adversaires intellectuels. Il en résulte que les propos d’Augustin forcent parfois ses positions et expriment des idées différentes à certaines périodes de son histoire. On parle souvent du « 1er Augustin », plus positif, et de « l’Augustin tardif », plus pessimiste et qui a fortement marqué les esprits. Mais Augustin contredisait alors le pélagianisme qui minimisait, voire niait dans ses version extrêmes, le rôle de la grâce divine, pour faire reposer sur l’homme la responsabilité de son salut. L’Augustin polémiste a alors accentué l’incapacité de l’homme pour mettre en valeur la gratuité du don de Dieu. Il en résulte que sa pensée doit être remise dans le contexte de la polémique du moment et ne doit pas être surinterprétée, comme Luther, Calvin ou Jansenius l’ont fait.

Notons enfin « l’écosystème » des chrétiens qui ont entouré Augustin, comme sa mère, Ste Monique, modèle des croyants qui prient pour la conversion des membres de leur famille dans la nuit de la foi. Ou St Ambroise, Père de l’Eglise qui a catéchisé un autre, immense, Père de l’Eglise.

Saint Augustin
5 (100%) 1 vote