Sacrement des malades par sms?

Cette question peut sembler incongrue mais il me semble que la question de fond, qui concerne le rapport de l’Église avec les nouvelles technologies d’information et de communication, semble intéressante. Imaginons qu’un fidèle soit en danger de mort imminente et qu’il souhaite obtenir l’absolution de ses péchés et/ou l’extrême onction. Il lui est impossible de se rendre chez un prêtre, cependant il peut communiquer avec lui via SMS ou messagerie instantanée. Le prêtre est-il en mesure de donner au fidèle ces sacrements à distance ?

Il y a en fait deux sujets : sur la question des rapports de l’Eglise avec les nouvelles technologies, nous suggérons au lecteur de s’intéresser aux travaux d’Eric Salobir, le dominicain que tous les GAFA de la Silicon Valley consultent sur le plan éthique. Il peut aussi, plus simplement en France, se renseigner sur les initiatives catholiques dans le numérique, les colloques organisés en ce sens etc. Nous avons par exemple écrit un article sur Church Tech et GodBlessYoo : https://www.reponses-catholiques.fr/godblessyou-et-church-tech/.

Sur le cas de demande d’absolution en cas de danger de mort, un sacrement mobilise le corps et nécessite toujours la présence physique. C’est vrai pour la Réconciliation et le Sacrement des malades (que l’auteur de la question persiste à appeler « extrême onction », ce qui ne se dit plus depuis l’après-Concile de Vatican II, soit plusieurs décennies) : https://www.reponses-catholiques.fr/confession-a-distance/

Notons cependant qu’il faut toujours se méfier des cas limites présentés pour justifier d’édulcorer un sacrement, en le rendant aussi virtuel que les réseaux qu’il utiliserait. Car, de deux choses l’une :

  • Si le fidèle est en danger de mort imminente, il peut appeler un prêtre. Les aumôneries d’hôpital, par exemple, sont organisées pour cela. Si l’urgence est telle qu’il n’y a même pas le temps que le prêtre arrive, le mourant n’est certainement pas en état d’envoyer des sms ou des posts. Personne n’ira croire qu’il n’a pas mieux à faire que de s’occuper de son téléphone
  • S’il n’y a pas de prêtre disponible dans un délai raisonnable, le fidèle est dans le même cas que ceux en bonne santé autour de lui : il est dans une zone sans prêtre. C’est un autre problème, qui se pose pour tous les sacrements : Baptême, Mariage etc. A ce compte-là, pourquoi ne pas faire les Mariages, Eucharisties, Confirmations et les Baptêmes par sms? Tous les sacrements se retrouveraient vidés de leur dimension incarnée et le christianisme vidé de son essence.
Sacrement des malades par sms?
5 (100%) 3 votes