Sacrement dans l’Ancien Testament

La vie sacramentelle existait-elle dans l’Ancien testament ?

Il existait une vie sacramentelle dans l’Ancien Testament, mais il ne s’agit pas exactement de celle que l’on connait dans le catholicisme. Sauf que cette dernière y trouve son origine.

En effet, tout sacrement suppose un don de l’Esprit Saint (on impose les mains)  et c’est ce que faisaient les prêtres et, parfois, les prophètes, dans leurs actes cultuels et religieux. C’est le même Esprit-Saint qui est à l’œuvre dans les deux Testaments.

Pour être plus précis, mentionnons par exemple :

  • un certain nombre de sacrements catholiques impliquent une onction. L’origine de ce rite provient de l’onction du grand prêtre, des rois d’Israël et, parfois, des prophètes
  • l’Eucharistie emprunte à la fois au seder (repas liturgique) de shabbat, et au sacrifice de la Pâque ainsi qu’au repas pascal. Le sacrifice eucharistique, qui fait mémorial de la mort et la résurrection du Christ, est l’actualisation du sacrifice de l’Agneau pascal la veille de la nuit de la Pâque, quand les Hébreux ont sacrifié un agneau et mis son sang sur le linteau de leur porte, étant ainsi protégés de l’Ange exterminateur frappant les aînés des Egyptiens pendant la nuit (Exode 12). L’hostie comme pain sans levain est la continuation des pains azymes de cette nuit-là. D’ailleurs, la mort du Christ en Jn 19 a lieu à la neuvième heure, celle du sacrifice des agneaux avant la Pâque
  • le Baptême découle bien sûr du baptême de Jean-Baptiste, lui-même venant des bains rituels de purification dans les miqvé, sortes de petites piscines telles que celles découvertes à Qumran.
Sacrement dans l’Ancien Testament
4.8 (95%) 4 votes