Richesse et bénédiction divine

pièces d'or

Question: La richesse est-elle une bénédiction divine?

L’Ancien Testament rapporte à plusieurs reprises que le Seigneur bénit son serviteur en le comblant dans ses entreprises et sur le plan matériel. C’est le cas d’Abraham (Gn 13, 2), Jacob (Gn 30, 43), Joseph (Gn 41, 43) ou encore Salomon (1 R 10, 14 et sv.). Il en résulte que certaines communautés chrétiennes en ont déduit un « évangile de la prospérité », prétendant que la richesse serait une bénédiction divine.

Ce n’est pas soutenable en tant que tel. Les paroles dénonçant les riches sont multiples dans la Bible, que ce soit dans le Livre d’Amos ou plusieurs passages des Evangiles. « Mais, malheur à vous, riches, car vous avez votre consolation » est-il écrit en Lc 6, 24. Ou encore « Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu » (Mc 10, 25) . La parabole de Lazare et du mauvais riche en Lc 16, 19-30 montre enfin un personnage de riche damné. La richesse n’a donc certainement aucune partie liée automatique avec la bénédiction divine.

La pointe se situe ailleurs. Si on y regarde de plus près, la bénédiction dont bénéficie Abraham est celle d’une alliance perpétuelle avec le Seigneur. Cette alliance se concrétise par une descendance appelée à devenir une multitude, d’où sortiront des rois (Gn 17, 7) et le don perpétuel d’une terre. Abraham n’hésite pas à renoncer à la richesse facile quand il le faut en laissant Loth aller vers les terres plus fertiles mais plus dangereuses moralement de Sodome (Gn 13). Il est prêt au partage, à renoncer à un butin mal acquis ou à payer la dîme quand cela est juste (Gn 14).

Joseph, d’esclave vendu par ses frères, se retrouve premier ministre d’Egypte grâce à son discernement et sa fidélité au Seigneur, fidélité qui lui a valu la prison, parce qu’il a refusé des relations sexuelles hors mariage. De même, c’est le discernement et la foi de Salomon qui lui assurent la bénédiction du Seigneur dans ses entreprises.

Ce n’est donc pas la richesse qui est une bénédiction mais la fidélité au Seigneur et l’utilisation des moyens que l’on a pour la plus grande gloire de Dieu. Etre riche ou pauvre est finalement accessoire et n’est important que dans la mesure où cela aide à se rapprocher de Dieu ou pas, comme l’explique St Ignace de Loyola dans les « Principes et fondements » qui ouvrent ses Exercices spirituels. « Cherchez le Royaume de Dieu et sa justice, le reste vous sera donné par surcroît » (Mt 6, 33)

Richesse et bénédiction divine
4 (80%) 1 vote