Résurrection et handicap

Une personne qui a un handicap ou une altération physique (mutilation, voire piercing) ressuscitera-t-elle avec?

On ne sait pas grand-chose de la Résurrection et l’Eglise nous invite surtout à ne pas trop imaginer son aspect concret et à ne pas trop tirer de plans sur la comète.

Que nous disent les Ecritures ? Dans la Première Epître aux Corinthiens, St Paul doit répondre au même genre de questions. « On est semé dans la corruption, on ressuscite dans l’incorruptibilité, on est semé dans l’ignominie, on ressuscite dans la gloire, on est semé dans la faiblesse, on ressuscite dans la force, on est semé corps psychique, on ressuscite corps spirituel » écrit-il en 1Co 15 42-43. Mais il ne nous en dit pas plus sur ce corps « spirituel », qui dépasse notre propre matière périssable et nos limites psychiques.

L’autre indication vient de Jésus ressuscité lui-même. Selon les Evangiles, Il apparait comme corps concret que les saintes femmes peuvent étreindre (Mt 28, 9 ; Jn 20, 17), avec la capacité d’être méconnaissable pour un temps (Lc, 24, 16 ; Mc 16, 12), de franchir des portes closes (Jn 20, 19), de se faire toucher (Jn 20, 27), de manger (Jn 21, 12-14. Lc 24, 43), de faire voir et toucher ses blessures (Jn 20, 20 et 27).

Ce dernier point est capital pour notre question. On ressuscite donc avec son corps. Le corps n’est pas exactement dans l’état d’avant la mort, il est glorifié, mais ses blessures demeurent.

Avec ce peu d’éléments, la Tradition de l’Eglise a tenté d’interpréter. Le corps est régénéré mais en tenant compte de l’histoire de la personne (St Thomas d’Aquin). Un corps totalement détruit, brulé ou noyé peut ressusciter (St Augustin). S’agissant des capacités intellectuelles et psychique, toute la Tradition enseigne que nous verrons Dieu dans sa Béatitude de façon immédiate, sans besoin de médiations cognitives ou sensorielles (cf. par exemple Le château intérieur de Ste Thérèse d’Avila).

Résurrection et handicap
4 (80%) 2 votes