Ressentir Jésus dans son coeur

Comment dois-je faire pour sentir la présence de Jésus, qui est présent, là, dans mon coeur?

L’article publié le 1/6/17 aidera sans doute à répondre à cette question : https://www.reponses-catholiques.fr/rencontrer-jesus/. Car la réponse pourra sembler décevante. Si l’on se fonde sur l’enseignement des grands mystiques comme Thérèse d’Avila, il n’y a, à proprement parler, rien à faire. Le Dieu des chrétiens se caractérise comme étant un Dieu qui s’autocommunique, comme le dit le théologien Karl Rahner. Autrement dit, c’est un Dieu qui se donne à l’homme, qui se révèle à lui. L’initiative vient de Dieu et, pour en revenir à Thérèse d’Avila, c’est Lui qui a l’entière initiative des motions spirituelles qui permettent de le ressentir dans son âme.

Dans le Château intérieur, la même Thérèse, précise cependant que, pour connaître le mariage spirituel, c’est-à-dire cette union intime avec Dieu dans son âme, « la porte d’entrée, c’est l’oraison ». Il y a donc tout de même une chose à faire c’est de se mettre en prière, il n’y a pas d’autre moyen.  En revanche, se mettre en prière ne garantit pas de ressentir quoi que ce soit, c’est une grâce qui sera accordée… Ou non. Cette grâce n’est pas indispensable pour avancer dans la sainteté. Tous les mystiques, en particulier St Jean de la Croix (mais aussi toujours Thérèse d’Avila) expliquent qu’il ne faut pas rechercher ces sensations mais simplement à faire la volonté du Seigneur. En ce sens, la question n’est tout simplement pas correctement fondée.

Les spiritualités mettant fortement en avant l’expérience sensible ont leur intérêt et peuvent donner de beaux fruits dans l’Eglise. Mais il faut être prudent et ne pas confondre un ressenti extatique lors d’un temps de louange, par exemple, et la présence de Dieu. Cela demande un discernement très pointu avec un accompagnateur spirituel solide. Là encore, Thérèse d’Avila recommande ne s’adresser qu’à des chrétiens bien formés, qui soient aussi des hommes de prière.

La prière n’est pas une affaire de technique. Bien sûr, toutes les spiritualités ont leurs méthodes : l’oraison carmélitaine est assez « libre », l’oraison ignacienne plus structurée, le chapelet est un moyen simple mais efficace, la louange charismatique permet de se disposer au travail de l’Esprit St etc. Mais au final, c’est la disposition à l’écoute et l’humilité à suivre le Christ qui priment. On peut être un très grand saint sans jamais ressentir Jésus dans son cœur même si, encore une fois, on peut Lui demander de se rendre présent.

Car, nous conclurons là-dessus, nous avons parlé de « Dieu » plutôt que du Christ. Thérèse d’Avila, toujours elle, explique que c’est le Dieu trinitaire qui séjourne dans notre âme. Mais que c’est par la contemplation de Jésus, Dieu incarné, que nous avons accès à cette expérience mystique s’Il le juge adéquat.

Ressentir Jésus dans son coeur
1.5 (30%) 2 votes