Réponse à un baptême privé – 2

J’en ai posé une question, sur le baptême de mon petit-fils, fin décembre. La réponse que j’ai reçue ne me satisfait  vraiment pas. Evidemment, lorsque j’ai expliqué notre cas, je n’ai pas développé totalement pour ne pas écrire un journal. La réponse : agressive, violente, anti religieuse au plus haut point, et je ne peux même pas y répondre directement ? Pauvre religion catholique mise à mal par des gens qui ne comprennent rien aux difficultés de la vie et ne cherchent surtout pas à tendre la main au risque peut-être de la salir, allez savoir.

Cette question rebondit sur notre article « Accueillir en Eglise après un baptême privé » https://www.reponses-catholiques.fr/accueillir-en-eglise-apres-un-bapteme-prive/.

1° Effectivement, notre site permet de poser des questions, auxquelles nous apportons des réponses postées publiquement, dans la mesure où nous estimons qu’elles peuvent intéresser tous nos lecteurs. Ce n’est ni un forum de discussion, ni un site de consultation privée. Cela ne veut pas dire que le lecteur ne peut nous faire aucun retour. Il peut faire un commentaire. Si le commentaire comporte une question, nous y répondons. Il peut aussi noter l’article et l’« aimer » sur la page Facebook s’il y est publié. (Nous en profitons pour suggérer à nos lecteurs qui aiment nos articles de « liker » notre page Facebook : https://www.facebook.com/Réponses-Catholiques-250551038422164/).

Nous ne prétendons pas être avoir une activité de pastorale, comme un prêtre, un aumônier ou une animatrice en pastorale. Encore moins faire de l’accompagnement spirituel. Nous n’avons pas mandat pour le faire. En revanche, nous sommes qualifiés pour annoncer la foi catholique, l’enseigner et l’expliquer.  Cela signifie que, comme la devise du site l’indique, nous sommes dans le registre de la théologie et que nous nous adressons à la raison de nos lecteurs. Pas leurs sentiments ou leurs affects. Là où l’un va trouver, notre réponse « agressive », d’autres verrons une vérité exigeante mais saine. C’est d’ailleurs apparemment l’avis de la majorité des lecteurs qui ont noté l’article en question, puisqu’il a une note de 4,8/5 à l’heure où nous écrivons. Quant à dire que notre réponse est « anti religieuse », Dieu merci, ce n’est pas l’avis de ceux qui ont autorité pour le dire.

Nous ne sommes pas omniscients non plus et ne pouvons que répondre en fonction des informations qu’on nous donne. Si notre réponse est à côté de la plaque par rapport à des éléments qui manquaient, nous n’y pouvons rien.

2° Sur le fond, il nous semble cependant que nous avons répondu à la question assez clairement : « Pour répondre directement à la question, si cette famille souhaite que [l’enfant concerné], et nous le lui souhaitons aussi, soit membre de l’Eglise catholique, ils peuvent l’envoyer au catéchisme quand il aura l’âge et lui faire faire à cette occasion une cérémonie d’entrée en Eglise, comme les baptisés d’une autre confession qui deviennent catholiques. Toutes les confessions chrétiennes (à l’exception de certaines églises évangéliques extrémistes) reconnaissent en effet mutuellement leurs baptêmes et ne font pas rebaptiser les personnes qui changent d’église. » Nous avons même pris la peine d’alerter l’auteur de la question sur le fait qu’il faudra tout de même garantir que le baptême est bien un baptême trinitaire, ce que la question ne précise pas.

3° En allant plus loin, nous maintenons que vouloir que « ce baptême soit reconnu par l’église catholique » implique que l’Eglise catholique soit reconnue aussi dans ce qu’elle propose. Que veut dire une reconnaissance par une partie et non l’autre ? N’importe quelle église chrétienne exige une préparation au baptême, soit des parents d’un petit enfant, soit du catéchumène dès qu’il a l’âge de raison. Quelle a été la préparation au baptême dans ce cas-ci, surtout sachant que les parents ne sont pas pratiquants ? Si l’auteur de la question est tenté d’aller voir ailleurs, il constatera que bien des églises d’autres confessions sont autrement plus exigeantes sur la pratique et la catéchisation.

Si les parents estiment avoir une bonne raison à faire valoir pour ne pas avoir catéchisé leurs premiers enfants et ne pas pratiquer (nous n’en voyons pas. Même des enfants gravement handicapés reçoivent une formation religieuse adaptée à Foi et lumière ou d’autres mouvements d’Eglise. Mais supposons que oui), ils peuvent en parler au curé, nous avons indiqué un moyen efficace de le rencontrer sans intermédiaire. Ils peuvent tenter une autre paroisse. Pourquoi pas écrire à l’évêque. Mais, vouloir « être reconnu par l’Eglise catholique », c’est entrer dans une communauté, ce n’est pas faire ses sacrements perso.

Réponse à un baptême privé – 2
4.6 (92.5%) 8 votes