Réponse à réfutation polémique juive du christianisme – Psaume 21 / 22 (5/15)

Je me présente: un jeune de 19 ans qui se recherche spirituellement depuis ses 16 ans. J’ai besoin d’aide dans un aspect du christianisme qui me bloque dans ma progression spirituelle. C’est une question qui me gêne certes, mais c’est important pour moi. En fait, je connais des juifs qui m’ont envoyé un dossier contre les arguments chrétiens pour la messianité de Jésus, et comme je ne suis pas un expert, les arguments sont très convaincants et donc ça me bloque par rapport au christianisme. Est-ce que vous pourriez m’aider ? Voici le dossier: (il n’est pas très bien écrit, c’est un peu sous forme de brouillon mais tous les arguments sont bien intelligibles) : https://drive.google.com/folderview?id=1b-kTQcXRpqp5dql8SCV9p8Luk98pwsFl (5/15)

Ce qui est « effronté », c’est d’utiliser des arguments aussi malveillants et insultants dans ce qui devrait rester un débat rationnel… Et encore plus de nous asséner 11 pages de linguistique, en n’étant même pas capable de traduire correctement en français un texte manifestement copié de l’anglais et ne n’ayant même pas pris soin de traduire en français des mots laissés en anglais ça et là. Qu’est ce que, p. 7, « “pierce” ou “stab” sont daqar ou ratza, jamais karu, qui n’a pas la connotation de “piercing” – comme dans la chair puncturing. » ? Qu’est-ce que c’est que ce charabia ?

Essayons, de notre côté, de prendre un peu de hauteur de vue. D’abord, contrairement à ce que ces polémistes disent, le verset en question est bien le verset 17 du psaume 21/22 dans la Bible de Jérusalem et non le verset 16. Peut-être qu’ils font référence à des Bibles protestantes, ce que leur allusion à la King James Version suggère. Mais, ici, on est sur www.reponses-catholiques.fr et on se moque de leur argumentation à partir de la KJV. La moindre des choses serait de partir d’une Bible en français. En outre, quand ils accusent « l’Eglise » de falsifier l’Ecriture, ils pourraient tout de même prendre une Bible catholique. Ces deux points disqualifient totalement leur argumentation, qui est, à proprement parlé, mensongère. D’autant plus qu’ils admettent eux-mêmes que, lors de la création du canon chrétien des Ecritures, la traduction était juste. Ce qui est normal. Au moins dans la Vulgate (Ve siècle), la traduction était faite à partir de l’hébreu.

Car, pour le coup, dans la Bible de Jérusalem, c’est « déchiqueté » et non « percé » qui est écrit. Et « déchiqueté », ça commence à nettement se rapprocher du « lion » de la version du texte massorétique (TM). Certes, ce n’est pas une traduction littérale, mais un lion – et ils admettent eux-mêmes qu’il est question d’un lion représentant les bourreaux du psalmiste tout au long du psaume – ça déchiquète.

Ajoutons qu’il n’y a pas qu’un texte de Qumran qui traduit par « creuser ». La Septante (LXX) le fait aussi. Cela explique leurs efforts laborieux et, nous osons le mot, pathétiques, pour disqualifier la LXX. D’une part, nous l’avons déjà dit, ils admettent eux-mêmes à la fiche 9 que toute la LXX disponible à cette date a été traduite un siècle après la Torah et donc deux avant Jésus-Christ. D’autre part, pourquoi justifient-ils leur argumentation des fiches précédentes par la LXX si elle est si peu fiable que cela ? Il est rare de voir une aussi mauvaise foi avec autant d’erreurs dans une discussion raisonnable.

Car, soyons sérieux, quel bibliste oserait encore attribuer directement à David la rédaction de ces psaumes ? Cela fait un siècle, au bas mot, que l’exégèse l’a démontré. Donc leurs « universellement admis » qu’ils nous assènent à tout bout de champ dans cet article pour s’éviter d’apporter le moindre argument rationnel, n’est « admis » que dans leur petit groupuscule sectaire. Aucun chercheur, juif ou non, ne dirait autant d’erreurs. Quant à dire que les Nevihim et Kettoubim (Prophètes et Ecrits, c’est-à-dire tout ce qui n’est ni Prophètes, ni les 5 premiers livres de l’Ancien Testament qui constituent la Torah) de la LXX seraient écrits et trafiqués par des chrétiens alors qu’ils ont été rédigés 2 ou 3 siècles avant le Christ, ils le disent eux-mêmes, cela confère au délire. Un djihadiste de l’Etat islamiste qui accuse les chrétiens d’avoir falsifié l’Ecriture et qui raconte que le Coran est antérieur à la Bible n’aurait pas dit mieux.

Ne pas croire à la Trinité, c’est la liberté religieuse de chacun. Ne rien y comprendre, nos amis ne seraient pas les premiers. Mais alors, vu qu’ils n’y comprennent rien, par charité chrétienne, nous les invitons instamment à ne pas en parler avec cette arrogance-là. Car, ce psaume, c’est rappelé ici, est celui que le Christ commence sur la Croix : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ». Ils se demandent, si Jésus est Dieu, comment Il peut se plaindre à Dieu. Mais, justement, c’est ça la Trinité ! C’est la deuxième Personne, Dieu fait homme et descendant dans les tréfonds et la pire expérience de notre humanité pour nous en sauver, qui prie la première Personne, le Père, sous l’inspiration de la Troisième, l’Esprit. Esprit que Jésus « rend », quand Il meurt sur la Croix juste après (Jn 19, 30).

Quant à dire que les traductions chrétiennes de la Bible ne sont jamais utilisées par les Juifs érudits et pieux, c’est complètement faux. Les plus érudits, les chercheurs universitaires, les utilisent pour leurs travaux scientifiques… Et ils profèrent beaucoup moins de bourdes que nos amis. Ceux qui deviennent chrétiens les utilisent aussi. Et ils ne sont pas moins pieux que les autres.

Réponse à réfutation polémique juive du christianisme – Psaume 21 / 22 (5/15)
5 (100%) 4 votes