Remariage et eucharistie

Question: Que peut-on répondre à ceux qui sont contre “l’interdiction” de l’accès à l’Eucharistie pour les divorcés-remariés?

Il existe un lien profond entre tous les sacrements. C’est évident pour le baptême qui est la “porte d’entrée” pour tous les autres sacrements (vous ne pouvez pas recevoir l’ordre ou la confirmation, sans être baptisé). Cela devrait être évident, a fortiori, pour l’Eucharistie, sommet du septenaire sacramentel. C’est pourquoi nous ne pouvons pas recevoir la sainte communion sans mener une vie conforme à la doctrine catholique – et, notamment, à la doctrine sacramentelle catholique.

Or, nous croyons que le mariage est indissoluble. L’Eglise elle-même n’a pas le pouvoir de le dissoudre. Lorsque l’on parle “d’annulation” d’un mariage, ce n’est qu’un abus de langage: l’Eglise ne peut annuler un mariage, elle peut seulement prendre acte du fait qu’un mariage a été nul (par exemple qu’il n’a pas été consommé ou qu’il a été contracté alors que l’un des conjoints n’était pas libre…). Les divorcés-remariés vivant en contradiction avec cette doctrine ne peuvent pas recevoir la sainte communion. Cela ne signifie pas qu’ils sont exclus de la communion catholique, mais cela les empêche d’accéder à la forme la plus visible de cette communion qu’est la communion eucharistique. Il faut remarquer que, dans cette doctrine sacramentelle, comme dans ses conséquences eucharistiques, rien n’est dit sur la responsabilité subjective des personnes; il n’est question que d’une situation objective.

Personnellement, je crois que l’Eglise doit tout faire pour accueillir les personnes elles-mêmes et il n’est pas certain que nous soyons suffisamment accueillants aux malheureux qui vivent cette situation douloureuse. En revanche, je ne vois pas comment l’Eglise pourrait abandonner sa doctrine sacramentelle, comme le suggèrent certains, pour permettre un retour à la sainte communion pour les personnes qui vivraient depuis suffisamment longtemps dans un deuxième mariage du vivant du premier conjoint. Il faut à la fois être très doux pour les personnes et très ferme sur l’analyse objective des situations.

Remariage et eucharistie
5 (100%) 1 vote