Relations avant le mariage et tenue de nuit

Je suis fiancée avec un athée. Et nous allons nous marier l’année prochaine le 13 Août. J’aime cet homme, nous vivons ensemble depuis 3ans. Nous avons commis le péché de fornication car autrefois je croyais mais en continuant de vivre dans le péché ce n’est que récemment que j’ai décidé de changer. A présent j’ai envie de vivre en obéissant au commandement mais c’est compliqué, car il m’arrive encore de céder à la tentation. Bien sûr j’évite le plus possible. Voila mes quelques questions ; Est-ce grave de commettre la fornication lorsque nous désirons réellement nous marier ?  Et, si je dors sans habits, sans arrière pensée est-ce grave ? C’est surtout une question d’habitudes. Je voudrais tellement obéir au Seigneur et en même temps j’ai peur de perdre mon conjoint bien que je sache qu’il fait avant tout obéir à notre Seigneur. Ma dernière question est : Hier un crayon était par terre, les personnes à mon travail qui étais autour de moi nier l’avoir fait tomber. J’ai dit alors : “C’est qui alors? C’est le Saint Esprit ?” Mais ce n’étais pas méchant, j’ai toujours entendu ma grand-mère dire cette phrase et elle sortie d’elle même… J’espère que ce n’est pas grave…

Répondons aux trois questions.

1° Les relations hors mariage ne sont pas justes, nous ne pouvons pas dire autre chose. Une fois ceci dit, l’accompagnement pastoral ne sera pas tout à fait le même si les amants ont un projet de mariage dans un temps proche ou si les circonstances sont autres. Cf. nos articles https://www.reponses-catholiques.fr/concubinage/ et https://www.reponses-catholiques.fr/que-disent-leglise-et-la-bible-du-concubinage/ qui font une synthèse sur la question.

Le couple s’est-il engagé dans une préparation au mariage chrétien ? Il nous semble alors que, plutôt que de n’évoquer que la question du péché, cela peut aider à placer le problème sous l’angle d’un cheminement vers le sacrement. Les deux partenaires pourraient décider, sous l’éclairage de l’accompagnement, de ne plus avoir de relations sexuelles jusqu’au mariage dans une logique de préparation. Ce serait un jeûne pour mieux approfondir ce qu’ils vont vivre. Même un athée peut comprendre cette idée. Il nous semble d’autant plus important de poser cet acte qu’ils vivent ensemble depuis trois ans. Cesser les relations pendant quelques mois permet de donner une valeur différente à leur engagement. Autrement, du point de vue du futur mari, il risque de ne pas y avoir vraiment de différence avant et après le mariage. La noce pourrait n’être réduite qu’à une grande fête.

Le couple s’est-il fiancé à l’Eglise ? Si non, ce pourrait être un acte important pour marquer cette préparation sérieuse, « marquer le coup », en quelque sorte. Encore une fois, cela peut parler même au futur mari athée et le faire réfléchir sur le sens de l’engagement chrétien.

2° Ce n’est pas la façon dont on s’habille ou pas qui est important, c’est bien les pensées et les intentions qui le sont. Dormir sans habit, est-ce réellement sans « arrière-pensée » ? L’auteur de la question doit sérieusement s’interroger en vérité. Et, évidemment, si elle dort ainsi avec son compagnon, il faut être un peu sérieux et ne pas se mentir à soi-même. Il y a forcément des arrière-pensées et le compagnon ne peut qu’en avoir aussi. Qu’elle mette un pyjama !

3° Nous n’avons pas bien compris le problème. L’important dans cette affaire, il nous semble, ce n’est pas d’invoquer ironiquement ou non l’action du St Esprit. C’est plus la charité e la bienveillance envers les collègues qui est en jeu. Mais il nous semble qu’un problème plus grave est masqué. Pourquoi celui qui a fait tomber le crayon n’ose pas l’admettre ? Il nous semble que cela indique une ambiance de travail vraiment dysfonctionnelle et le manager devrait s’en inquiéter.

3.2/5 - (8 votes)

Répondre