Refuser de communier à la main du fait de la crise sanitaire? (1/2)

Depuis le Covid 19, la communion sur la langue m’est refusée et je communie spirituellement en offrant cette souffrance au Seigneur et aux Pauvres âmes du Purgatoire mais c’est très difficile d’autant que pendant plus de 40ans je n’ai communié que spirituellement compte-tenu de ma situation personnelle et depuis 4 ans nous avons pu recevoir le st sacrement de mariage. Je ne veux surtout pas communier dans la main comme les protestants et manquer de respect au Saint des Saints !!! Ma 1ère question est la suivante: A la messe certaines personnes m’ont dit qu’elles prenaient un mouchoir blanc pour recevoir le corps du Christ sans le toucher. Cela me choc beaucoup et EST-CE BIEN CATHOLIQUE ??? Notre jeune vicaire trouve celà beau (1/2)

Nous l’avons affirmé à de nombreuses reprises sur ce site et nous maintenons nos propos : il est tout à fait valide et licite de communier à la main et ceux qui disent le contraire sont en conflit avec la foi catholique. Cf. https://www.reponses-catholiques.fr/peut-on-communier-dans-la-main/, https://www.reponses-catholiques.fr/mains-dans-les-poches-et-nez-en-lair-a-la-communion/, https://www.reponses-catholiques.fr/communion-a-la-main-et-foi-en-la-presence-reelle-13/, https://www.reponses-catholiques.fr/communion-dans-la-main-et-satan-23/.

Par conséquent, l’attitude de l’auteur de la question est hautement problématique. Comme le rappelle Redemptoris sacramentum, chacun a le droit de communier selon ce qu’il souhaite, « à la main » ou « dans la bouche ». Mais il arrive que le célébrant impose une forme pour des raisons particulières : les fidèles étaient obligés de communier dans la bouche à plusieurs JMJ. C’est aussi le cas lors de communions aux deux espèces si la communion par intinction est refusée.

Une conférence épiscopale n’outrepasse par conséquent pas son rôle en décidant de mesures temporaires en raison d’une crise sanitaire. Refuser de communier à la main, alors, c’est refuser une manière de communier valide et licite et refuser ainsi la grâce du sacrement. Un fidèle en état de communier doit participer à la messe. Refuser de communier alors qu’il est en état de le faire, c’est refuser de recevoir le Christ et c’est une marque de révolte lui inquiétante.

Quant aux propos sur les Protestants qui communient, d’abord ils sont ridicules. Les Protestants ne « communient » pas au sens de l’Eglise catholique, puisqu’ils ne croient pas en la transsubstantation. Et dire que les catholiques qui communient à la main sont « protestants », c’est carrément schismatique. Cela revient à accuser le Pape, nos évêques, les prêtres, les personnes consacrées et des fidèles fervents d’hérésie. C’est une accusation très grave et nous n’hésiterons pas à rappeler qu’accuser faussement un ministre ordonné peut valoir excommunication.

« Offrir sa souffrance » pour la privation d’une grâce qu’on a soi-même refusée, par révolte contre l’Eglise, c’est non ajusté spirituellement. Quant aux mouchoirs blancs, nous sommes bien d’accord sur ce point avec l’auteur de la question. Ca n’a pas grand chose à voir avec la foi catholique et n’est en rien un geste liturgique.

Que les fidèles retrouvent un semblant de discernement, qu’ils rendent grâce au Christ pour le don qu’Il nous fait de Lui-même dans l’Eucharistie plutôt que de mépriser ce don en prétendant l’honorer, qu’ils cessent des querelles qui détruisent l’Eglise, qu’ils écoutent leurs pasteurs, qu’ils se forment en théologie au lieu de construire des raisonnements absurdes et qu’ils aient un minimum de charité pour ne pas contaminer leurs frères.

Commentaires

  1. Vincent

    @l’auteur, sans volonté de polémiquer:

    “chacun a le droit de communier selon ce qu’il souhaite”
    VS
    “il arrive que le célébrant impose une forme pour des raisons particulières”.
    Ces deux assertions s’opposent et je déduis que le pretre n’a pas la compétence pour imposer quoique ce soit ici, ou il faut m’apprendre la hierarchie des normes dans l’eglise.

    “Une conférence épiscopale n’outrepasse par conséquent pas son rôle en décidant de mesures temporaires en raison d’une crise sanitaire.”
    Je vous saurai gré de préciser ceci, je ne vois pas à quoi peut bien servir la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements si les conférences episcopales peuvent modifier cette discipline, même temporairement.
    Le vatican aussi a été pris par le virus, ils sont donc au courant, et pourtant la Congrégation n’a pas précisé ce point.
    Qui décide ?

    Je me permet une remarque générale : vos articles sont assez souvent violents et gagnerais à plus douceur, sans forcément toucher au fond.
    Vous vous présentez comme `Reponses Catholiques`, soit comme une voie d’autorité dans l’Eglise.
    Il ne me semble pas bon de faire autant preuve d’audace que vous le faites, eg:
    – “par révolte contre l’Eglise” -> vous n’avez pas la competence pour le déduire, je serai l’auteur de la question, j’hésiterais avant de vous en reposer une.
    – “Ca n’a pas grand chose à voir avec la foi catholique”: j’ai lu de ci/de là des propositions faites en chair de communier ainsi. Reglez cette question avec vos freres avant de prendre des positions si tranchées, ça fait vraiment desordre (je peux vous faire parvenir la retranscription du sermon en question).

Répondre