Rabâcher sur les migrants?

On nous rabâche que « si on est chrétien/catholique, on doit accueillir des migrants » sans tenir compte que nous ne saurons pas les intégrer et qu’ils sont souvent d’une religion agressive vis-à-vis de la nôtre. Ce sont mes arguments mais j’aimerais en avoir de plus précis fondés notamment sur des arguments théologiques.

« On », c’est le Christ, Lui qui nous dit que « j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli » (Mt 25, 35, donc dans la grande catéchèse sur le Jugement Dernier). Donc il parait normal qu’un chrétien ou un catholique L’écoute, surtout quand cela fait partie intégrante de l’Enseignement de l’Eglise, comme le relaient en permanence ses pasteurs, à commencer par le Pape. De fait, cette répétition peut sembler du rabâchage à certains mais si les successeurs des Apôtres et ceux qui sont chargés d’enseigner leurs frères ne le répètent pas sans cesse, « s’ils se taisent, les pierres crieront » (Lc 19, 40).

Donc que le lecteur ne compte pas sur nous pour lui donner des arguments pour rejeter l’étranger, même en fonction de sa religion.

Ce qui peut être dit, cependant, pour avoir une approche plus étoffée de la question, c’est que l’accueil de l’étranger ne peut se faire qu’en exerçant la vertu de prudence, et que cela fait partie aussi de l’Enseignement de l’Eglise, comme l’illustre en particulier St Thomas d’Aquin. Le lecteur peut se référer à notre article « L’Eglise et les migrants » : https://www.reponses-catholiques.fr/leglise-et-les-migrants/.

En outre, ce que nous dit le Magistère, c’est que le droit à émigrer n’est pas forcément un droit à immigrer. Autrement dit, un pays est fondé à réguler ses flux migratoires. Par ailleurs, si des immigrants sont agressifs et menacent la paix sociale, la légitime défense peut s’appliquer et les détenteurs des pouvoirs de police peuvent les exercer pour maintenir l’ordre.

Pour ce qui est des fidèles d’une religion « agressive vis-à-vis de la nôtre ». D‘abord, cela gagnerait à être nuancé. Bien des fidèles d’autres religions respectent davantage les chrétiens fermes dans leur foi que des athées ou des cathos honteux. Ensuite, que faisons- nous pour faire tomber l’agressivité éventuelle en leur faisant mieux connaître le christianisme ?

Et surtout, que faisons-nous pour annoncer l’Evangile à ces personnes ? Quelles paroles, quel témoignage, quels actes de charité formulons nous ? Quels risques prenons-nous pour sortir de notre confort, en allant les visiter dans leurs quartiers ou en prison, leur parler à notre travail ou entre amis, tenir une discussion face aux plus prosélytes ou ceux qui sont tentés de s’y convertir, accompagner ceux qui se posent des questions vers le catéchuménat ? Y compris par des actes de charité concrets (soutien scolaire, cours d’alphabétisation?) qui sont autant d’occasions de leur faire découvrir le Christ ?

Rabâcher sur les migrants?
3.1 (62.61%) 69 votes