Qui sont les 144 000 de l’Apocalypse?

Qui sont les 144000 sauvé que les Témoins de Jéhovah nous parlent souvent. Est-il symbolique ? et sa signification? Je voudrai une réponse catholique et non sectaire.

De fait, certaines sectes interprètent ce chiffre de 144 000 de façon littérale, c’est-à-dire le nombre exact de ceux qui seront sauvés. C’est donc, à l’échelle de l’humanité, un nombre très limité. Cette interprétation est évidemment erronée.

Car le chapitre 7 de l’Apocalypse répond, pour une fois assez clairement à cette question : les 144 000 sont 12 000 de chaque tribu d’Israël.  144 000 = 12 x 12 000. Or, on le sait, le chiffre 12 représente la totalité dans la symbolique antique. Les 12 tribus d’Israël représentent la totalité du peuple d’Israël. 144 000, c’est 12 au carré multiplié par mille. C’est donc la totalité du Peuple au carré et démultipliée, soit tout le Peuple.

On a aussi 12 comme 12 apôtres. Qui représentent eux-mêmes les 12 tribus d’Israël. On peut donc interpréter les 144 000, soit comme l’ensemble du Peuple juif, soit comme toute l’Eglise, le Peuple de Dieu. Les deux interprétations ne sont d’ailleurs contradictoires, à partir du moment où le Peuple juif se convertira avant la fin des temps, comme l’Ecriture l’annonce. Ou même que, toujours selon l’Apocalypse, sont sauvés « ceux qui obéissent aux commandements de Dieu et qui sont les témoins de Jésus. » (Ap 12, 17 ou 14, 12). Certains, comme le spécialiste de St Jean Yves Simoens, interprètent cette expression comme décrivant les Juifs et les chrétiens.

Mais, pour en revenir au chapitre 7, les 144 000 ne sont pas les seuls à être épargnés par les anges. Le texte poursuit en Ap 7, 9 : « Après cela, j’ai vu : et voici une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, tribus, peuples et langues. Ils se tenaient debout devant le Trône et devant l’Agneau, vêtus de robes blanches, avec des palmes à la main. » Il y a donc une « foule », donc un nombre considérable de personnes, qui se trouve devant le trône de Dieu et qui s’ajoute aux 144 000.

Le passage explique de qui il s’agit en 7, 14 : « Ceux-là viennent de la grande épreuve ; ils ont lavé leurs robes, ils les ont blanchies par le sang de l’Agneau. » Là, il est clair que ce ne sont pas des Juifs et que c’est leur fidélité à Jésus (l’ « Agneau ») jusqu’au don d’eux-mêmes dans les épreuves, éventuellement jusqu’au martyre, qui sont rachetés.

Cette « foule » n’est pas dénombrée, et par conséquent, pas limitée en nombre. Contrairement à ce que disent les sectes, tout le monde peut être sauvé s’il suit le Christ. Il n’y a pas de quota.

4.7/5 - (7 votes)

Répondre