Que veut dire être à l’image de Dieu?

Le livre de la Genèse nous dit que “Dieu créa l’homme à son image”, j’aimerais savoir ce que cela sous entend réellement car au premier abord on pense au physique, que Dieu nous aurait créé tel qu’il est “physiquement” avec nos corps mais j’imagine que ce verset englobe autre chose par rapport à l’âme ou l’esprit ?

C’est une excellente question, qui a toujours déclenché des discussions passionnées entre théologiens, tout comme entre rabbins dans le judaïsme. Les interprétations possibles sont multiples. Il se trouve même un chercheur juif, Benjamin Sommer, pour en conclure que Dieu (le Père) a un corps tout comme nous, alors que tant le judaïsme que le christianisme affirme traditionnellement qu’il est un pur esprit.

La plupart des théologiens considèrent, comme la question le suggère, que l’image et la ressemblance de Dieu porte sur la vie spirituelle de l’homme. Par son esprit, l’être humain est capax Dei, capable de Dieu et qu’il pourra être divinisé à la résurrection (c’est la pensée, par exemple, de St Irénée au II-IIIe siècle). Notons que, pour le christianisme, Dieu s’est fait homme avec un corps en Jésus-Christ, donc cette ressemblance est devenue encore plus concrète. Rappelons aussi que Gn 1, 26 indique que c’est “Homme et femme Il les créa”. C’est l’homme et la femme qui sont image de Dieu.

La théologie actuelle insiste plutôt sur le fait que la création à l’image et la ressemblance de Dieu rend inconditionnelle la dignité de la personne humaine. Toucher à l’homme, c’est toucher à Dieu. Et comme l’humain a un corps, sa dignité intrinsèque l’englobe corps, âme et esprit. C’est pourquoi toute aliénation du corps humain est aussi une attaque contre Dieu. Il en résulte que c’est sur cela que la théologie catholique fonde sa dénonciation des manipulations génétiques, recherches sur l’embryon, avortement, euthanasie, prostitution, GPA, mutilations volontaires sans raison médicale (et donc le trans-sexualisme ou transgenre), antispécisme, transhumanisme, peine de mort, prélèvement d’organes sans respect de certaines conditions éthiques etc.

Encore une fois, attaquer l’homme, c’est attaquer Dieu.