Que répondre aux sédévacantistes?

Pour les sédévacantistes, la ratification des décrets du concile Vatican II et en particulier celui sur la liberté religieuse Dignitatis Humanæ serait incompatible avec la possession légitime du souverain pontificat, car cette doctrine aurait été précédemment explicitement condamnée par Pie IX dans son encyclique Quanta Cura en 1864. Nostra Ætate, le code de droit canon de 1983 — qui aurait procédé à l’inversion des fins du mariage — et également certains actes (réunions œcuméniques et inter-religieuses à Assise par exemple) sont considérés par les sédévacantistes comme relevant de l’hérésie et de l’apostasie pour Paul VI, Jean-Paul Ier, Jean-Paul II, Benoît XVI et François. Qu’en est-il vraiment ? Comment réfuter ces thèses ?

Ce qui est frappant, dans les arguments des sédévacantistes dont cette question fait état, c’est l’absence totale de référence à la Sainte Ecriture. Une sorte de protestantisme à l’envers, donc. En effet, la foi catholique s’appuie sur l’Ecriture et la Tradition, Tradition qui se fonde elle-même sur la Parole de Dieu.

Nous renvoyons à nos articles sur les sédévacantistes, « Sédévacantistes » (https://www.reponses-catholiques.fr/sedevacantisme/) et « Sédévacantistes et excommunication » (https://www.reponses-catholiques.fr/sedevacantistes-et-excommunication/). Un premier argument à faire valoir est l’argument d’autorité : les clercs qui se sont opposés à l’Eglise catholique en propageant leurs thèses sédévacantistes ont été excommuniés.

L’argument qui en découle est historique et ecclésial : ceux qui s’opposent à la Sainte Eglise provoquent des schismes et des hérésies, tandis que les catholiques obéissent à la Sainte Eglise, quitte à avoir raison plus tard. Comme disait Ste Thérèse d’Avila, dont la Vie a pourtant été interdite de publication par l’Inquisition quelques temps, « Je suis fille de l’Eglise ». Tous ceux qui ont prétendu avoir raison contre le Pape jusqu’à la rupture ne sont plus catholiques, que ce soit Novatien ou les Donatistes dans l’Antiquité… Ou Luther plus tard.

La question soulève plusieurs sujets. Sur Quanta cura, nous renvoyons à notre réponse « Dignitatis humanae et Quanta cura » (https://www.reponses-catholiques.fr/dignitatis-humanae-et-quanta-cura/).

Sur la prétendue inversion des fins du mariage, que les sédévacantistes démontrent en quoi le Code de 1983 serait contraire à l’Ecriture. Plusieurs figures bibliques permettent de l’infirmer : Quand Abraham va avec Hagar parce que Sarah est stérile, c’est là que les ennuis commencent parce qu’il n’a pas eu foi dans les promesses divines et a « inversé les fins du mariage » selon le point de vue sédévacantistes.

Sur le dialogue inter-religieux, notre remarque à propos de la coupure avec la Parole de Dieu permet d’illustrer à nouveau ce point. Dans le Livre de Jonas, Jonas  s’est embarqué dans un bateau pour fuir la mission que Dieu lui assigne. Lors de la tempête qui s’en suit, les passagers et l’équipage invoquent « Chacun leur dieu » (Jon 1, 5). Ils prient donc chacun selon sa religion. Mais délibèrent aussi sur la meilleure chose à faire malgré leurs divergences religieuses pour sauver le bateau, autrement dit pour le Bien commun. C’est Jonas, l’adorateur du Dieu unique qui est fautif et les autres passagers sont innocents. A aucun moment, le texte ne critique ces hommes pour leur paganisme.

Cela n’empêche pas Jonas de devoir mener à bien sa mission d’annonce du Vrai Dieu et de conversion. Voilà typiquement un texte qui valide le dialogue inter-religieux et ne l’oppose pas à l’action missionnaire.

L’actualité permet de répondre sur la question des réunions œcuméniques. Il ne faudrait pas que les églises chrétiennes de toutes confessions se réunissent pour voir comment défendre leurs communautés contre la menace islamiste ? Il ne faudrait accueillir des évangéliques quand ils se mobilisent sur des manifestations pour la défense de la vie ou à La Manif pour tous ? Il ne faudrait pas prier pour la libération de tel pasteur emprisonné dans des geôles turques ? Et les Coptes qui ont été décapités en criant « Seigneur Jésus » à la face de leurs bourreaux islamistes, ils vont griller en Enfer ?

Que le Seigneur pardonne aux sédévacantistes au Dernier Jour.

Que répondre aux sédévacantistes?
3.8 (75.17%) 29 votes