Que répondre aux sédéprivatistes?

Dans la continuité de la question/réponse “que répondre aux sédévacantistes” (https://www.reponses-catholiques.fr/que-repondre-aux-sedevacantistes/) et par extension de toutes celles qui touchent à ce sujet, que répondre aux sédéprivatistes, au mouvement sédéprivationiste et à la thèse formulée de Guérard des Lauriers, dans la thèse dite de “Cassisiacum” ? Cette thèse explique que, St Paul VI, Jean-Paul Ier, St Jean-Paul II, Benoît XVI et François n’étaient pas ou ne sont pas pleinement papes. Du fait qu’ils auraient épousé “l’hérésie moderniste”, leur consentement quand ils sont devenus papes était vicié, en sorte qu’ils ne sont devenus que des papes en puissance, sans accéder de manière effective à la papauté qui développe l’idée selon laquelle les Papes, depuis Jean XXIII sont papes matériellement (papa materialiter) et non formellement. Ce fait le distinguo d’avec le sédévacantisme, ceux-ci considérant que le Siège-Romain est vacant au sens complet et total.

Nous remercions son auteur pour cette question car, honnêtement, nous n’avions jamais entendu parler des sédéprivatistes.

Cette ignorance répond, cependant et paradoxalement, en partie à la question. Que leur répondre ? Que tous les schismes et hérésies coupent les cheveux en quatre et se subdivisent en sous-ensembles et groupuscules virant vite au fonctionnement sectaire.

Prenons un exemple : l’hérésie monophysite a donné différentes sous-hérésies, le monophysisme alexandrin étant différent du nestorianisme, du monothélisme tendant de faire une synthèse avec l’Eglise reconnaissant le Concile de Chalcédoine (qui est devenue l’Eglise catholique et orthodoxe). A l’autre bout du spectre hérétique, l’arianisme se nuance avec l’adoptionnisme etc. Dieu merci, le travail de l’Esprit Saint et du dialogue œcuménique a permis d’avancer avec les nestoriens et certaines église monophysites pour retrouver une communion eccléisale. Puisse-t-il en être de même avec les autres.

Notons que ce phénomène n’est pas propre à l’Eglise : dans les églises protestantes, les subdivisions ont donné naissance à des groupes plus que farfelus à côté des grandes églises protestantes historiques. On voit aussi ce phénomène en politique, où le marxisme s’éclate en communisme, maoïsme, trotskisme etc, ou dans la mouvance LGBT qui rajoute continuellement des catégories : transsexuels, transgenres (ce n’est pas la même chose), non binaires, queer etc.

Tous les arguments à opposer aux sédévacantistes peuvent être réutilisés contre les sédéprivatistes. Nous en ajouterons un : si les Papes en question sont des papes « matériellement » mais non « formellement », qui est le pape formel ? Va-t-on avoir deux ou trois papes comme au Grand Schisme d’Occident ? Ou alors, il n’y a pas de Pape formel ? Et à ce moment-là, les paroles du Christ à Pierre, « Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon église » (Mt 16, 18) sont-elles fausses ? Bref, Jésus ment-Il ?