Que penser de la « Méditation chrétienne » fondée par le Père John Main ?

Voilà ce que c’est de ne jamais sortir de chez soi : on passe à côté de choses très importantes. Merci aux lecteurs qui m’ont permis de prendre connaissance de ce mouvement. Celui-ci vient d’ailleurs de se réunir à deux pas de chez moi. Le monde est petit !

Autant le dire tout de suite, je ne suis pas « le Vatican » et je ne sais pas si « il » en pense quelque chose. Je vais tacher de m’informer, mais en principe, cette vénérable institution et les innombrables services qui la composent sont fort lents à se prononcer ou à manier la crosse et l’encensoir. La prudence est la principale des vertus cardinales et le temps un bon critère de discernement, sauf en cas d’urgence. Un institution âgée de deux mille ans, comme se plaisait à le dire le cardinal Ratzinger, conçoit autrement le rapport au temps que nos médias hyper réactifs.

Après un petit tour sur internet et l’écoute une conférence de l’actuel responsable de ce mouvement (un moine canadien anglophone), et en attendant d’en savoir plus, voici quelques impressions qui n’engagent que moi.

La « Méditation chrétienne » est un mouvement de prière répandu aujourd’hui dans le monde entier et fondé par un moine bénédictin anglais d’origine irlandaise, le père John Main, décédé en 1982. Si je peux résumer ce que j’ai lu et entendu, l’idée principale est que la prière chrétienne doit viser la simplicité. Peu ou pas de méthode, la répétition paisible de formules très courtes, le silence. Jusque-là rien de très révolutionnaire, et un enracinement déclaré dans l’enseignement de Jean Cassien. De façon inattendue et imprévisible, des « communautés » se sont formées dans le monde entier, à l’école bénédictine, pour s’entraider dans la prière.

Si vous voulez mon impression, et encore une fois, en attendant plus ample information, pas de quoi fouetter un inquisiteur ! L’ambiance me semble très anglo-saxonne : pragmatisme et absence de cérébralisme. Il vaut mieux prier que de chercher à savoir ce que c’est que la prière, pour paraphraser l’Imitation. Il s’agirait de quelque chose qui ressemblerait à la « prière du cœur » de la tradition spirituelle orientale.

Il est vrai aussi que ce mouvement sans grande ossature hiérarchique, semble assez en résonance avec notre époque de réseaux. J’ai remarqué aussi que tournent autour du mouvement des personnes et des idées moins « catholiques ». Y aurait-il des formes de syncrétismes plus ou moins avouées avec les « spiritualités » non chrétiennes, une certaine indifférence au dogme ? Cela ne semble pas revendiqué par le fondateur, qui dit publiquement son bonheur d’être moine catholique.

(Affaire à suivre)

Abbé Hervé Courcelle Labrousse

Que penser de la « Méditation chrétienne » fondée par le Père John Main ?
3.9 (77.14%) 7 votes