Que pense l’Eglise de la masturbation?

La Vierge Marie, modèle de pureté, dont nous fêtons aujourd'hui la Nativité

Question: J’aimerais connaître l’avis de l’Eglise sur la masturbation. Est-elle toujours un péché (j’ai lu sur un forum que dans le cas des adolescents, ce n’était pas le cas, parce que c’est normal) ? Quand peut-elle être considérée seulement comme péché véniel ? La Bible fait-elle allusion à cette pratique ? Que dit le catéchisme à ce propos ?

 

Le paragraphe 2352 du Catéchisme de l’Eglise catholique répond clairement à cette question:

Par la masturbation, il faut entendre l’excitation volontaire des organes génitaux, afin d’en retirer un plaisir vénérien. “Dans la ligne d’une tradition constante, tant le magistère de l’Église que le sens moral des fidèles ont affirmé sans hésitation que la masturbation est un acte intrinsèquement et gravement désordonné “.

On trouve effectivement sur internet un certain nombre de sites affirmant que la masturbation est une pratique normale et que l’Eglise ne la condamne plus. Les deux affirmations sont fausses.

Rappelons, au passage, que la condamnation de la masturbation n’a rien à voir avec le prétendu mépris du corps que manifesterait l’Eglise – comme on le lit trop souvent. C’est, au contraire, parce que l’Eglise a une très haute conception du corps et, en particulier, de la sexualité humaine qu’elle réprouve les pratiques qui contredisent le magnifique projet divin sur l’homme.

Pour nous chrétiens, le plaisir sexuel n’est pas une réalité à fuir, mais c’est une réalité à inscrire dans un ordre naturel et divin. Il ne trouve son sens plénier que dans l’acte conjugal où les époux se donnent totalement l’un à l’autre. Ce don étant, comme le dit saint Paul, à comprendre par rapport au don réciproque du Christ et de l’Eglise.

S’agissant de la question sur le caractère éventuellement véniel de la masturbation, on peut lire au paragraphe 1856 ce rappel de ce qu’est un péché mortel (par opposition à un péché véniel):

Est péché mortel tout péché qui a pour objet une matière grave, et qui est commis en pleine conscience et de propos délibéré.

En l’occurrence, la matière est grave, mais la pleine conscience et le propos délibéré ne sont pas toujours présents. La masturbation peut donc, effectivement, être dans certains cas un péché véniel. Cependant, il faut veiller à l’éviter car la pratique d’un péché véniel diminue la charité dans l’âme, obscurcit la conscience et affaiblit la volonté. Des péchés véniels répétés, non repoussés et non absous risquent donc d’éloigner de Dieu au point de commettre des péchés mortels.

Dernier point: la Bible fait une allusion discrète à cette pratique en Gn XXXVIII,9-10:

Cependant Onân [fils de Juda, l’un des douze fils de Jacob] savait que la postérité ne serait pas sienne et, chaque fois qu’il s’unissait à la femme de son frère, il laissait perdre à terre pour ne pas donner une postérité à son frère. Ce qu’il faisait déplut à Yahvé, qui le fit mourir lui aussi.

Dans le contexte, Onan, au titre de la loi d’Israël du lévirat, devait donner une descendance à son frère aîné décédé en s’unissant à la femme de ce dernier. La Tradition de l’Eglise a toujours considéré que ce péché d’Onan était analogue à la masturbation – qui l’on appelle d’ailleurs parfois onanisme dans les livres anciens de morale.

Que pense l’Eglise de la masturbation?
3.9 (78.11%) 74 votes