Que fait Dieu face à nos souffrances?

J’ai une question qui me taraude depuis quelques temps et j’espère que vous pourrez m’apporter des éclaircissements. Je souffre depuis des années de violentes douleurs qui me réveillent presque toutes les nuits et m’obligent à prendre de la codéïne. Pendant plusieurs heures je suis fortement handicapée avec de grosses difficultés pour bouger car mes muscles se bloquent et rendent la marche difficile. Cette maladie due au diabète dure depuis des années. D’habitude je supporte cette souffrance et l’offre au Bon Dieu. Mais parfois elle est si forte que, sans vraiment me révolter, je me fais la réflexion que ce serait horrible pour moi de voir un de mes enfants souffrir ainsi sans pouvoir le soulager. A ce stade je préfère encore que ce soit moi qui souffre … D’où ma question : comment Dieu peut Il supporter, Lui, de voir Ses enfants souffrir ainsi, moi et d’autres, sans être touché par notre douleur comme le seraient des parents humains ? Bien sûr, cela repose la question du mal sur la terre, mais généralement je l’accepte en pensant qu’il rend possible la rédemption et le pardon de nos péchés. Mais là où je m’interroge c’est comment un Père qui nous aime, supporte-t-Il que Ses enfants souffrent ainsi ? Ne ressent-Il rien de nos douleurs physiques ?

Devant la souffrance et la douleur, il est difficile de trouver les mots et il vaut mieux parfois ne pas trop en dire. Il est touchant de voir comment l’auteur de la question s’accroche à sa foi et tente de donner un sens à ses souffrances en les offrant pour le Salut du monde.

C’est une offrande qui a une grande valeur spirituelle mais qui doit être faite avec prudence. Il faut toujours garder à l’esprit que ce n’est jamais le Seigneur qui crée le mal et la souffrance et ne pas oublier qu’ils ont aussi des causes très concrètes. Ici, une maladie. Une partie de la réponse se situe donc à un niveau profane. Des actions pourraient-elles être mises en place pour mieux soulager cette malade ? N’a-t-elle pas intérêt à prendre différents avis ? Recevoir un soutien psychologique ?

Sur le plan spirituel, elle dit que « ce serait horrible pour moi de voir un de mes enfants souffrir ainsi sans pouvoir le soulager ». N’est-ce pas le cas de Dieu, en tant que Père, aussi ? La souffrance est un prélude à la mort et Dieu a assisté impuissant à l’entrée de la mort dans nos vies lors du péché d’Adam.

Et, à la question « Ne ressent-Il rien de nos douleurs physiques ? », il faut se souvenir que Dieu le Fils a vécu nos douleurs physiques. Oui, Il les a ressenties, et plus que ressenties. Et Dieu le Père a vu son Enfant souffrir et mourir. Mais notre foi est que le Christ a traversé ces souffrances et qu’Il sera avec nous pour qu’on les traverse.

Enfin, celle qui a vu un de ses enfants souffrir sans pouvoir le soulager, c’est la Vierge Marie. Nous ne pouvons qu’encourager à se tourner vers encore et encore. Pourquoi pas en allant régulièrement à Lourdes dans un pèlerinage de malades si c’est possible ?

4.4/5 - (5 votes)

Commentaires

  1. danina

    Merci de votre réponse que je comprends bien. En réalité je sens que mon approche de la douleur est un peu trouble. Je pourrais peut être (ou pas) trouver des soulagements à mes souffrances, par kinésie ou cure médicale, mais je me demande si j’en ai réellement envie … En effet, malgré la douleur qui parfois est conséquente je sais que la souffrance est pour moi une façon de me rapprocher de Notre Seigneur et j’ai donc du mal à “ne pas souffrir”… Avec des amis je suis allé en pèlerinage au Puy et on m’a proposé de m’allonger sur la “pierre noire” pour demander la guérison. Mais à mon grand étonnement, j’ai fait la prière suivante : “Soulagez moi de ma douleur Sainte Vierge Marie sauf si celle ci est nécessaire à mon salut” … Pensez vous qu’il me faut cette douleur pour expier les nombreuses fautes de ma vie ? J’ai peur de souffrir mais j’ai le sentiment que seul ce chemin est possible pour moi …

Pingbacks

  1. Ne pas soulager la douleur pour son salut? - Réponses catholiques

Répondre