Que faire au Paradis si un proche est damné?

Sauf erreur, à la fin des temps, le purgatoire ayant rempli sa mission, il ne restera plus que les élus et les damnés. Comment un élu peut-il jouir pleinement de la béatitude divine, s’il a connaissance qu’un proche ou un moins proche n’en fera jamais partie ?

D’abord, nous ne pouvons pas spéculer sur qui sera en Enfer ou non, comme déjà expliqué dans notre article « Y a-t-il quelqu’un en Enfer » et les précédents (https://www.reponses-catholiques.fr/qui-est-en-enfer-33/), donc la question est purement théorique. Personne n’a connaissance qu’un proche ou un moins proche est damné. Ce qui en sera pour les personnes au Paradis ne nous est pas connu, donc il est inutile de spéculer là-dessus. En effet, typiquement, l’Eglise a toujours défendu que les questionnements « en l’air » reposant sur une casuistique déconnectée du réel sont à proscrire, tout comme les discours sur les fins dernières ne se fondant pas strictement sur l’Ecriture.

Il en résulte que la bonne question à se poser est plutôt : « ai-je le désir d’être accueilli dans la Béatitude divine et est-ce que je prie et agis en conséquence ? ». S’agissant de proches ou de tout homme ayant une vie tellement désordonnée que l’on a peur qu’il finisse en Enfer (même mort), la seule chose juste à faire est de prier pour son salut. Insistons sur le fait que, même s’il est mort, on ne sait pas jusqu’à quel point la Miséricorde divine s’exercera à son égard ou non, donc le mieux est de prier pour lui. Prier et agir pour son propre salut et celui d’autrui, voilà ce qui est pertinent.

Que faire au Paradis si un proche est damné?
2.7 (53.33%) 81 votes