Prosternation devant une icône

Pourquoi on se prosterne devant les images représentatives de Jésus-Christ et de la Vierge Marie dans les églises catholiques?

Nous suggérons pour commencer au lecteur d’éviter d’écouter et de relayer n’importe quoi. Personne ne se “prosterne” devant les images de la Vierge Marie et, si certaine le font, c’est un abus. Les gens s’inclinent, s’agenouillent éventuellement dans des prières à Dieu, par l’intercession de la Vierge Marie. Et pour cela, c’est une aide à la prière d’avoir une image de la personne, que ce soit Marie ou un saint.

S’agissant du Christ, l’Ecriture nous rapporte plusieurs épisodes où ses interlocuteurs se prosternent devant Lui : un des dix lépreux après sa guérison (Lc 17, 16), la Cananéenne (Mt 15, 25), les disciples après que Jésus ait marché sur l’eau (Mt 14, 33) etc. On pourrait multiplier les exemples. Jésus accueille à chaque fois favorablement cette démarche. Se prosterner devant Lui est donc un signe d’adoration tout à fait pertinent.

Il est Dieu fait homme, donc il s’est donné à voir, à toucher, et pourquoi pas à représenter, comme n’importe quel homme. Chacun de nous peut être photographié, filmé, être peint en portrait, être modèle d’un sculpteur. Pourquoi en serait-il différent pour l’Incarné ? Et pour les saints, dont nous avons parfois la photo, comme St Jean-Paul II ou Mère Teresa ?

D’ailleurs, l’image du Christ de la Divine de la Miséricorde a été peinte selon les indications que le Christ a données à Ste Faustine. De même, les statues de la Vierge sont faites selon les renseignements donnés par les voyants des apparitions mariales. Et, pour ceux qui croient en la validité du Suaire de Turin comme linceul du Christ, nous avons ainsi sa photo. Certes, l’Eglise n’oblige pas à croire à la véracité du Suaire de Turin et aux apparitions christiques ou mariales, mais dans les cas où elles sont reconnues, elle autorise à y croire.

Ajoutons que le VIIe Concile œcuménique de Nicée II a mis fin à la crise iconoclaste en 787. Les iconoclastes qui rejettent la vénération des images sacrées sont considérés comme hérétiques depuis ce temps par l’oikoumene chrétienne. Malheureusement, cette peste ressurgit régulièrement, comme on l’a vu avec les ravages que les djihadistes islamistes ont fait contre les églises, leurs croix et leurs statues, avant de s’en prendre aux chrétiens eux-mêmes.

Prosternation devant une icône
3.4 (68%) 5 votes