Prêtre en faute

Que risque un prêtre si un prêtre a des relations sexuelles “en secret” et que sa hiérarchie l’apprend ? Quoiqu’il en soit il me semble que s’il n’a pas fait voeu de chasteté il doit être continent et abstinent… J’aimerais savoir ce que risque un prêtre qui aurait des relations sexuelles alors qu’il doit observer un célibat sacerdotal par rapport à sa hiérarchie, si elle l’apprend et si on se place sur le plan du péché alors : le purgatoire ou pire alors (s’il n’y a pas eu confession et de pardon).

Nous avons reçu deux questions très proches à une semaine d’intervalle, sous des identités différentes mais montrant de troublantes similitudes. Cela interroge et nous invite à la plus grande prudence dans notre réponse.

Le premier  point est de savoir de quelle « hiérarchie » il s’agit. Si le prêtre en question est vicaire, est-ce son curé ou son  évêque ? S’il est religieux, son supérieur local ? Provincial ? On peut supposer qu’un curé aura affaire directement à son évêque.

Ce dernier est maitre en son diocèse pour décider quoi faire. On peut supposer que, dans un premier temps, il sera demandé au prêtre en question de mettre fin discrètement à cette relation en fonction des circonstances : est-ce une liaison passagère ou non, vit-il avec la personne ou non, y a-t-il des enfants etc.

S’il ne s’y résout pas, un évêque peut décider une mesure d’éloignement, un temps sabbatique, un accompagnement spirituel particulier avec temps de retraite ou autre. La mesure ultime étant la réduction à l’état laïc, le prêtre n’étant plus autorisé à exercer son ministère. Dans ce cas, l’affaire est gérée par le St Siège. Dans tous les cas, des sanctions canoniques peuvent être appliquées en fonction de la gravité de la situation.

Se prononcer sur un purgatoire éventuel ou non n’a aucun sens. D’abord, cette personne n’est pas morte. Ensuite, personne ne peut affirmer quoi que ce soit sur le salut de qui que ce soit. L’Eglise a autorité pour dire ce qui est un péché grave (traditionnellement appelé « mortel ») ou non, ce qui est peccamineux ou ne l’est pas. Que la situation de ce prêtre soit peccamineuse, cela ne fait aucun doute. Mais, à moins de béatifier ou canoniser quelqu’un, personne ne peut statuer sur ses fins dernières. C’est la prérogative de Dieu seul.

Prêtre en faute
3.3 (66.67%) 3 votes