Précisions et interprétations sur les ordres mineurs

Votre article sur les sous-diacres contient de multiples erreurs ou approximations malheureuses. “Des messes ordinaires en latin (ce qui est prévu dans la liturgie et tout à fait possible)” – ce n’est pas seulement possible, mais la forme ordinaire en latin constitue la norme ; c’est plutôt le contraire : les langues vernaculaires sont possibles et prévues, le latin étant la norme (de laquelle découle toutes les traductions). “des messes empruntant largement au rite extraordinaire (par exemple « dos au peuple » ou ad orientum etc) en langue locale.” – ne confondez pas tout, la forme ordinaire est prévue pour être célébrée ‘ad orientem’ (remarquez ‘-em’ et non ‘-um’), le missel de la forme ordinaire le prévoit explicitement comme quand il dit que le prêtre à l’autel s’il ne fait pas face à l’assemblée se tourne vers elle. “Continuent à ordonner leurs profès temporaires ou séminaristes dans des ordres mineurs, tels que Lecteur.” – vous semblez ignorer qu’il ne s’agit plus d’ordres mineurs mais, dans la forme ordinaire, d’ ‘institutions aux ministères’, la différence étant l’incorporation au clergé ; les institutions (lectorat et acolytat) doivent obligatoirement être conférées aux candidats à l’Ordre sacré, pas seulement à la “Mission de France”, mais à chaque séminariste (en forme ordinaire). Elles trouvent bien leur origine dans les ordres mineurs. Pourriez-vous donc s’il vous plait, au nom de la Vérité, corriger cet article donnant des informations trompeuses ?

1° Nous pensons qu’il ne convient pas de jouer sur les mots, et en particulier sur le sens du mot « norme ». Certes, la liturgie ordinaire en latin est normative pour les liturgies en langues locales et c’est du latin que les traductions sont faites. Mais il est biaisé de dire que les messes en langues vernaculaires ne seraient pas la norme. De toutes façons, si une liturgie est la norme, c’est donc qu’elle est prévue et possible. Notre formulation est suffisamment neutre et inclusive pour admettre l’interprétation du lecteur sans créer des polémiques inutiles. Nous n’y reviendrons pas.

2° Nous remercions le lecteur pour avoir souligné la coquille sur ad Orientem, que nous avons corrigée.

3° Le lecteur a aussi raison de dire que la messe ordinaire ad Orientem est prévue. Mais enfin, là aussi, c’est loin d’être la pratique la plus générale et il convient de ne pas induire une interprétation inadéquate. Et les mix entre des formes de liturgie, cela existe aussi.

4° Pour ce qui est des ordres mineurs, un autre lecteur apporte des précisions intéressantes. Nous le citons donc : « Si les ordres mineurs de portier et d’exorciste ont été complètement supprimés, le lectorat et l’acolytat ont été maintenus en tant que “ministères institués”, appellation qui remplace les anciens ordres mineurs. Les futurs prêtres et diacres, dans la forme ordinaire, doivent toujours passez par l’étape du lectorat et de l’acolytat avant de recevoir l’ordination. ». Or, nous disions synthétiquement que « Paul VI a supprimé les ordres mineurs ». Si l’on entre dans les détails, on voit donc certains ordres mineurs ont purement disparus et que d’autres ont évolué en ne s’appelant plus « ordres mineurs ». Ce qui revient à notre formulation (et encore, ne sommes nous pas rentrés dans trop d’explications sur les ministères extraordinaires qui font que ces missions sont assurées aussi par des laïcs).

Quant à savoir si tous les séminaristes reçoivent les institutions aux ministères de lectorat et acolytat, c’est peut-être la norme et ce qu’il faudrait faire. Mais nous avons pu voir que certains scolastiques ne les reçoivent pas, même s’ils sont ordonnés plus tard. C’est peut être une erreur à déplorer, mais cela peut arriver.

Donc la Vérité, pour être honorée, demande à être globale et ne pas s’en tenir à des interprétations réductrices et polémiques.

Précisions et interprétations sur les ordres mineurs
Notez cet article