Pourquoi un pécheur de 20 ans va en Enfer et non un repenti de 30? (2/8)

2nd Question : Est-il juste de condamner les pêcheurs non repentis, qui n’ont pas cru en Jesus Christ, à l’enfer éternel pour une vie sur Terre courte de moins de 100 ans. N’était ce pas disproportionné ? Car il est noté à plusieurs endroits dans la bible que nul ne saurait être sauvé par ses œuvres. Donc pour être sauvé, c’est forcément par Christ donc en croyant au Christ et en vivant selon sa volonté. 2nd Question bis : un tueur, voleur etc qui meurt à 20 ans sans connaître Christ va directement en Enfer. Par contre, le tueur, voleur, violeur etc qui à l’âge de 30 ans découvre Christ et se repent avec sincérité gagne le pardon et la vie éternelle. Ce n’est pas juste car le premier n’a pas eu le temps donc l’occasion de se repentir ? (2/8)

Voici la 2e question de la série de 8 que nous avons entamée la semaine dernière. Comme nous le disions, la question est manifestement influencée par une certaine théologie protestante, ce qui fait que les prémisses en sont fausses.

D’une part, il n’est pas exact de dire que la Bible note qu’on ne peut être sauvé par ses œuvres. L’Epître de St Jacques dit même exactement le contraire : «  Mes frères, si quelqu’un prétend avoir la foi, sans la mettre en œuvre, à quoi cela sert-il ? Sa foi peut-elle le sauver ? Supposons qu’un frère ou une sœur n’ait pas de quoi s’habiller, ni de quoi manger tous les jours ; si l’un de vous leur dit : « Allez en paix ! Mettez-vous au chaud, et mangez à votre faim ! » sans leur donner le nécessaire pour vivre, à quoi cela sert-il ? Ainsi donc, la foi, si elle n’est pas mise en œuvre, est bel et bien morte. En revanche, on va dire : « Toi, tu as la foi ; moi, j’ai les œuvres. Montre-moi donc ta foi sans les œuvres ; moi, c’est par mes œuvres que je te montrerai la foi. Toi, tu crois qu’il y a un seul Dieu. Fort bien ! Mais les démons, eux aussi, le croient et ils tremblent. Homme superficiel, veux-tu reconnaître que la foi sans les œuvres ne sert à rien ? N’est-ce pas par ses œuvres qu’Abraham notre père est devenu juste, lorsqu’il a présenté son fils Isaac sur l’autel du sacrifice ? Tu vois bien que la foi agissait avec ses œuvres et, par les œuvres, la foi devint parfaite. Ainsi fut accomplie la parole de l’Écriture : Abraham eut foi en Dieu ; aussi, il lui fut accordé d’être juste, et il reçut le nom d’ami de Dieu. » Vous voyez bien : l’homme devient juste par les œuvres, et non seulement par la foi. Il en fut de même pour Rahab, la prostituée : n’est-elle pas, elle aussi, devenue juste par ses œuvres, en accueillant les envoyés de Josué et en les faisant repartir par un autre chemin ? Ainsi, comme le corps privé de souffle est mort, de même la foi sans les œuvres est morte. » (Jc 2, 14-26)

Ce texte a depuis le début alimenté les débats entre catholiques et Protestants et il embêtait bien Luther, car sa doctrine de la justification ne pouvait pas être plus contredite par la sola Scriptura elle-même, dont il se revendiquait (l’accord entre catholiques et Luthériens de la déclaration d’Augsburg en 1999 a pu résoudre le conflit, mais cela nous entraine loin de la question).

Pour y revenir, si la peine éternelle est disproportionnée par rapport à une vie de moins de 100 ans, est-ce juste d’avoir la vie éternelle dans la Béatitude divine alors qu’on a forcément péché dans notre courte vie ? Pourtant, c’est bien cela que le Seigneur nous promet. Le don, lui, est tout aussi disproportionné mais cela n’a pas l’air d’émouvoir l’auteur de la question. Quant à la damnation éternelle, elle n’est pas question de longueur de vie mais de monstruosité de crimes. L’auteur d’un génocide particulièrement sadique qui a tué des millions de gens doit-il être jugé en fonction de son âge ou en fonction du nombre de ses victimes et de la gravité des tortures subies ? Et quand bien même, qui peut dire qui va en Enfer ou non ? Personne, sinon Dieu.

Quant à la question 2 bis, elle ne tient tout simplement pas debout. 1) le pécheur de 20 ans a moins le temps de pécher que celui de 30, donc, s’il est damné, c’est que, très probablement, ses péchés sont bien plus graves que ceux du plus âgé ; 2) S’il est déjà violeur, voleur, tueur à 20 ans, à peine à la sortie de l’adolescence, cela indique une nature particulièrement viciée, ou alors une très mauvaise influence de son milieu ; 3) dans ce cas, il a subi des contraintes de son entourage et rien ne dit qu’il ira en enfer. Les circonstances atténuantes, ça existe ; 4) Son cas serait bien plus grave s’il connaissait le Christ, car il aurait refusé sa grâce, plutôt qu’un païen qui n’a peut-être qu’une loi morale rudimentaire. Mais même dans ce cas-là, encore une fois, qui peut décréter qui va en Enfer ou non ?

Et surtout, surtout, le lecteur pourrait avec bien plus de profit (re)lire la parabole des Ouvriers de la 11e heure (Mt 20, 1-16), celle du Fils prodigue (Lc 15, 11-32) ou le passage du Bon Larron (Lc 23, 39-49). Oui, Dieu est juste. Mais, dans sa justice, Il fait surtout Miséricorde à qui Il veut, y compris aux repentis de la dernière seconde. Et Il se moque d’une conception étriquée de la justice. Comparaison-poison.