Offrir un Coran à un musulman

A propos de la question concernant le refus du baptême, il m’est arrivé d’avoir reçu le témoignage d’un Algérien mahométan adulte ayant demandé de suivre une formation en vue du baptême dans son pays, Le prêtre auquel il s’est adressé lui a répondu qu’il devait devenir un bon musulman, idem de la part de l’évêque, deux ecclésiastiques français. Il a du quitter son pays et sa famille afin de recevoir le baptême en Italie. Pourquoi un prêtre français, en France, aidait un adolescent d’origine marocaine à retrouver le chemin du collège et lui a offert, non pas un Evangile, mais un Coran alors que ce jeune ne connaissait ni l’un ni l’autre ?

Nous pensons connaître la personne en question, ayant une expérience directe de la vie chrétienne dans ce pays. Il convient de bien réfléchir aux enjeux de cette question. Comme dans d’autres pays musulmans, les autorités sont aux prises avec des mouvements islamistes – qui ont provoqué 150 000 morts lors d’une guerre civile terrifiante en Algérie – et en même temps, des conversions qui sont loin d’être anecdotiques au christianisme, le plus souvent évangélique. La répression des communautés chrétiennes et, parfois, leur persécution, est une réalité, alimentée par la peur des autorités qu’elles deviennent trop importantes et donnent des arguments aux groupes armés islamistes, qui auront beau jeu de dénoncer la faiblesse du gouvernement face aux conversions au christianisme.

Les religieux et religieuses catholiques subissent donc un contrôle d’Etat tatillon et sont toujours sous la menace d’expulsions. On ne compte plus les prêtres et même des membres du conseil général de congrégations féminines qui se voient refuser leur visa pour visiter les communautés de leur congrégation sur place, ni les religieuses qui se voient interdire, ou au moins fortement restreindre, leur apostolat. Tout le monde sait que des agents secrets, ou simplement des journalistes contactent des chrétiens en prétendant vouloir se convertir, pour les piéger et les dénoncer ensuite. Quand ces chrétiens sont Arabes, ils risquent leur vie ou, au minimum, la prison et de graves ennuis.

Les chrétiens contactés commencent donc par renvoyer la personne à sa propre religion, et c’est ce qu’a peut-être fait ce père en France. Comme l’auteur de la question le souligne, ces personnes en recherche connaissent souvent mal le Coran et il n’est pas inutile de commencer par déblayer le terrain en leur faisant découvrir ce qu’il dit réellement. Si la personne est vraiment appelée par le Seigneur, elle se rendra compte de ce que l’Islam ne lui apporte pas et elle ira plus loin dans le catéchuménat. Mais elle le fera en étant correctement informée. Tous les chrétiens issus de l’Islam témoignent que c’est en lisant le Coran qu’ils ont été horrifiés par son contenu et que sa comparaison avec la Bible qu’ils découvraient également ne tenait pas la route.

En outre, commencer par lui conseiller de découvrir la foi de ses pères est une façon concrète de montrer la réalité de ce que les chrétiens prêchent : le Christ libère et Il attend une adhésion libre, de l’intelligence autant que du cœur. Cela écarte aussi tout danger d’accusation de prosélytisme.

Les chrétiens issus de l’Islam doivent faire un choix lourd : rejet de leur famille et/ou clandestinité absolue, dans les pays musulmans, forte probabilité de ne jamais pouvoir se marier car un ou une musulman(e) ne les épousera pas et les chrétiens ne sont pas assez nombreux, carrières brisées, voire, encore une fois, persécutions. Si la personne poursuit son chemin de catéchuménat, c’est que sa foi est éprouvée et déjà solide. Certes, on peut toujours critiquer le prêtre en France de ne pas aussi avoir offert un Evangile mais qui sait ? Peut-être a-t-il aussi invité le jeune à une rencontre à la paroisse, un temps de louange, une activité de plein air avec des scouts ?

On peut toujours dire que les catholiques sont trop timorés pour annoncer leur foi. Des personnes musulmanes qui ont frappé à la porte de l’Eglise et qui ont été accueillies, puis baptisées, en Algérie ou dans nos quartiers, nous en connaissons. Mais nous renvoyons nos lecteurs, à notre tour, aux questions suivantes: vont-ils passer leurs vacances en Algérie ou dans des pays musulmans au service des congrégations religieuses présentes ? Vont-ils rencontrer des chrétiens locaux, musulmans convertis? Quelles aides leur apportent-ils ? Nous en connaissons qui s’engagent en ce sens. Ou, au minimum, vont-ils faire de l’évangélisation de rue dans nos quartiers et nos banlieues à forte concentration musulmane ? Annoncent-ils le Christ à leurs collègues musulmans ? Nous leur proposons d’en reparler après qu’ils aient une expérience de tout cela.

Offrir un Coran à un musulman
2.9 (57.14%) 7 votes