Pourquoi les assassins vivent-ils?

Je me demande pourquoi si c’est inscrit dans la Bible qu’une personne qui tue une autre personne doit aller en enfer, elle est toujours en vie et a même la chance de se repentir et d’être un croyant. Si c’est écrit dans la Bible qu’un meurtrier doit aller en enfer et qu’il a atteint un point de non retour alors pourquoi Dieu le fait encore vivre? Il n’est pas supposé mourir automatiquement? Et s’il ne meurt pas c’est qu’il y a une raison! Je ne crois pas que Dieu fasse vivre une personne pour rien! Alors qu’elle serait la raison? Et si la raison était que le fait qu’il a tué quelqu’un n’est pas un acte impardonnable? Si cette supposition est vraie, il y a un autre problème car ça voudrait dire que toutes les condamnations marquées dans la Bible ne sont pas catégoriques et que la condamnation est conditionnelle. Alors est-ce que TOUT ce qui écrit dans la Bible est vrai ou ne contient-elle pas des nuances? Et est-ce que tout ce qui vient de la Bible vient de Dieu ou une partie vient des hommes ? Et comment Dieu peut créer l’enfer s’il est pacifique et ne supporte pas la violence et comment l’enfer peut être une punition utile si les gens en enfer n’auront jamais l’occasion d’apprendre de leur erreurs? J’ai entendu des chrétiens dire que Dieu est un Dieu de colères et jaloux car il ne veut pas qu’on adore d’autres Dieu. Avec l’enfer, qui est une vengeance, les condamnations qui marque sa colère j’ai l’impression qu’il ya des actions qui sont attribuées à Dieu, que lui-même ne voudrait jamais qu’on fasse! En bref, avec tout ce que j’entends j’ai l’impression que Dieu est beaucoup d’éléments qui se contredisent! Moi le Dieu auquel je crois est un Dieu accessible à tous qui a pour seul règle l’amour de soi, qui est le plus important, mais qui va se transformer en amour des autres. Et pourquoi les gens donnent tellement de pouvoir au mal? Si les gens en donnaient moins peut-être que le mal impacterait moins leur vie! Je me suis un peu emportée mais c’est parce que c’est un sujet qui me touche beaucoup! Alors merci beaucoup de m’avoir lu et j’attends impatiemment votre réponse

Il y a énormément de questions qui partent dans des directions très différentes dans cette question, donc nous ne donnerons que quelques traits à chaque fois. Commençons par la fin. Nous sommes bien d’accord, si les gens donnaient moins de pouvoir au mal, il impacterait moins leur vie. Pourquoi ils lui donnent ce pouvoir ? Cela les renvoie chacun à leur propre responsabilité mais où est celle de Dieu là-dedans ? Dieu nous a donné les commandements de Moïse et l’Evangile du Christ pour ne pas donner ce pouvoir au mal. A nous de nous y conformer.

Continuons à remonter la question. Oui, Dieu est un « Dieu caché » (Is 45, 15), pas facile à saisir. Il est « accessible à tous » mais, pour cela, Il se révèle, c’est-à-dire se dévoile… Ou non. Dieu a parlé au Sinaï, puis par les prophètes, Jésus-Christ a parlé en paraboles puis pas ses Apôtres. Dieu se révèle à travers des médiations, pas directement. C’est le privilège des saints au Paradis, donc des morts, que de le voir « sans filtre », « en direct ». Sur cette terre, nous devons le chercher avec notre intelligence et notre cœur. Autrement, cela ne servirait à rien de prier ou de faire de la théologie.

Alors, oui, la Bible, qui est Parole de Dieu, est vraie. Mais oui, elle contient aussi des paradoxes et des tensions et il faut faire avec, parce qu’elle parle ainsi à toute expérience humaine, dans sa très grande complexité. Autrement, sans nuances, ce serait un livre totalitaire. La Bible n’est pas le Petit livre rouge de Mao Tse Toung.

Une des tensions en rapport avec la question est que, oui, Dieu est amour, mais Il est aussi juste. Toute la théologie catholique tient les deux : Dieu est miséricordieux et aussi juste. Allons plus loin : c’est parce qu’Il est miséricordieux qu’Il est juste. Il prend en compte la faiblesse humaine.

Alors, effectivement, un homicide va en Enfer. Il est complètement faux de dire que l’Enfer est une « vengeance ». C’est une justice. C’est même la conséquence logique de celui qui qui s’est coupé de Dieu. Il se retrouve dans le lieu même de la privation de Dieu, puisqu’il l’a rejeté. Ce qui est le cas d’un homicide qui ne s’est jamais repenti. Quant à ne pas voir l’intérêt de l’Enfer parce qu’on n’y apprend pas de ses erreurs, quand on est mort, on est mort. On a seulement cette vie pour faire le choix de la foi ou du rejet de Dieu. Après la mort, il n’est plus temps.

En revanche, c’est un péché très grave que de dire que des fautes sont impardonnables. Jésus a bien pardonné la femme adultère, qui selon la Loi de Moïse, aurait due être lapidée. Il est venu, justement, pour nous pardonner de nos péchés. Prétendre le contraire, c’est un manquement contre les vertus théologales d’Espérance et de Charité. Tout le monde peut se repentir, même les assassins. Et, justement, le temps de vie d’un meurtrier lui donne l’occasion de se repentir. De toute façon, Dieu n’est pas là pour foudroyer tous les pécheurs, il ne resterait plus grand monde de vivant sur cette terre. C’est une conception de Dieu qui relève de la pensée magique et qui n’a rien à voir, ni de près, ni de loin, avec le catholicisme.

Dieu « fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes » (Mt 5, 45).

Pourquoi les assassins vivent-ils?
4.7 (94.29%) 7 votes