Pourquoi le Concile de Vatican II n’a pas pris effet?

Le concile V2 s’est terminé il y a maintenant 54 ans! Pourquoi selon vous beaucoup de ses textes avec ses intuitions n’ont ils toujours pas pris effet dans la pratique? Et pourquoi des abus ne sont-ils pas corrigés?

C’est une question à laquelle nous ne pourrons pas apporter beaucoup de réponses. Si nous commençons par la fin, nous ne pouvons pas répondre du tout car nous ne savons pas si la question porte sur des abus dans la prise d’effet des textes conciliaires ou d’autres types d’abus.

Sur la non prise d’effet des textes de Vatican II (V2), d’une part, cela se discute. Pas pris effet en quoi ? D’autre part, plutôt que de faire un long traité de sociologie ou d’ecclésiologie, nous citons deux réactions à notre article https://www.reponses-catholiques.fr/veritable-messe/:

« La sécheresse du ton que vous employez dans la plupart de vos réponses concernant la liturgie, ou du moins ceux attachés à un certain respect de celle-ci, non contente de desservir quelque peu votre propos de temps à autre, porte à question en ceci que, au sujet de la communion dans la bouche et à genoux, vous invoquez l’autorité du concile Vatican II lors de la réponse à sujet “Véritable messe” Il est écrit : ” « Ne refait-on pas de messe de comme autrefois avec le Corps du Christ à genoux et à la bouche? » Parce que nous ne sommes plus autrefois, qu’un Concile œcuménique en a décidé autrement depuis et que l’Eglise est fidèle à son Magistère. ».” Hors, nulle part dans ce concile trouve-t-on trace d’un changement sur la façon de communier. Vous savez sans doute – c’est même traité sur votre site – qu’il s’agit originellement d’un indult, puis confirmé par Redemptionis sacrementum, qui précise “dans les régions où la Conférence des Évêques le permet, avec la confirmation du Siège Apostolique, on peut lui donner la sainte hostie.” Les ravages de “l’esprit du concile” ! »

et:

« Je prends toujours le corps du Christ à la bouche je dois chaque fois indiquer au prêtre pour qu’ils trempent le Corps du Christ par intonation, d’abord c’est plus noble et je vois mal chacun buvant au Saint Sang. Je trouve que la communion à la main et un sacrilège puisque finalement on se donne le Christ à soi-même avec des mains impures et non consacrées….. Nous sommes exactement deux à communier, ma fille et moi. Tous ceux qui ont connu l’avant-guerre et les Messes ne trouvent rien à redire à cela et pourtant je trouve grave que le prêtre n’indique pas la façon respectueuse de communier qui devrait être normalement un genou mais il n’y a plus de banc de communion. »

On passera sur la communion « par intonation ». Mais on notera :

  • que si nous avions traité l’article « Véritable messe », c’est parce que la question indiquait assez clairement que participer à une messe sous la forme ordinaire qui s’est mise en place après V2, ce n’est pas aller à « une véritable messe ». Peu importe que les fidèles soient des catholiques très engagés, fervents, à la foi profonde, éventuellement des personnes consacrées qui ont donné leur vie pour suivre le Christ, et même des saints canonisés. Cela nous avait vivement fait réagir
  • dans la première citation ci-dessus, il n’est tenu aucun compte du fait que la Conférence des évêques de France autorise tout à fait la communion « dans la main ». Participer à la liturgie sous la forme ordinaire, c’est selon son auteur, ne pas lui « manifester un certain respect ». De même, être fidèle à l’Enseignement de l’Eglise depuis V2, c’est avoir « l’esprit » « ravagé »
  • Dans la deuxième citation, la liturgie doit être « noble ». Que, bien avant le Concile, Ste Thérèse d’Avila décrive la honra, la préoccupation de l’honneur, comme un frein puissant à toute vie spirituelle, que St Ignace de Loyola prêche pour les trois degrés d’humilité n’ont aucune importance. La vie spirituelle est située par ce lecteur là où elle n’a rien à faire. Cette personne veut en rester au temps de la Guerre. Pourquoi pas celle de Cent ans, tant qu’on y est ? Elle explique à quel point le prêtre accomplit mal son ministère, quand il le fait parfaitement bien. Elle disserte sur le pur et l’impur, ce pourquoi elle n’a aucun mandat d’Eglise pour le faire, et ce qui est théologiquement une grave erreur : après le Kyrie, le fidèle est pardonné et purifié de ses péchés. Il peut donc tout à fait validement et licitement communier. Mais le pire est que, encore une fois, la forme ordinaire est considérée comme « sacrilège ». Ce qui rend de facto cette personne schismatique, voire hérétique.

Bref, sclérose de la pensée à des temps qui n’ont plus cours, préoccupations mondaines, jalousie envers les prêtres, manque de formation théologique (et même catéchétique), idéologie, esprit de division… Voilà ce qui empêche que ce concile, comme les précédents, de prendre tout à fait effet.

Benoît XVI, qui a tellement su penser la continuité du Concile avec la Tradition et tellement œuvré pour la liberté des catholiques dans leur choix de forme de liturgie, a pourtant souvent dit qu’il fallait au moins un siècle pour qu’un concile déploie tous ses effets. Il reste donc 46 ans à attendre et à espérer !

Pourquoi le Concile de Vatican II n’a pas pris effet?
3.2 (63.33%) 6 votes