Pourquoi 2 généalogies de Jésus? (2/2)

Pourquoi la généalogie de Jésus dans l’Evangile de Luc diffère de celle de Matthieu ? (2/2)

C’est une question d’exégèse assez compliquée, sur laquelle les biblistes ne sont pas d’accord et peuvent donner différentes explications. L’une d’elle serait que l’une des deux généalogies serait celle de Joseph (Mt 1) et l’autre celle de Marie (Lc 3). Mais cela ne concorde pas avec l’usage vu dans la question précédente de décliner la généalogie uniquement par le père et, si ce n’est pas impossible, les indices pour le justifier sont faibles.

Plus intéressante nous semble la thèse de deux généalogies différentes pour deux projets théologiques différents que sont l’Evangile de Mathieu et celui de Luc. En effet, chaque Evangile suit son propre projet est met en avant certains points plutôt que d’autres : le secret messianique chez Marc, par exemple.

Regardons de près les deux généalogies. Les différences sautent aux yeux :

–  Celle de Mt est descendante, celle de Lc ascendante

– Celle de Mt commence avec Abraham, celle de Lc avec « Adam, fils de Dieu »

–  Les variantes entre les noms sont très grandes. Bien sûr, comme nous venons de le dire, il manque en Mt toute la lignée entre Adam et Abraham.

–  Mais, entre Abraham et David, plusieurs noms diffèrent. On a une lignée commune entre Abraham et Esrom (Mt) et Hesron (Lc). Puis Aram-Aminabad-Naasson en Mt ; Arni-Admin-Aminabad-Naasson en Lc

– Les « wagons » sont ensuite raccrochés jusqu’à David, si l’on admet que Salmon et Sala sont le même nom vocalisé différemment

–  Après David, la lignée décrite en Mt est royale jusqu’à l’Exil à Babylone, puis Salathiel. Elle diverge complètement entre David et Salathiel en Lc

– Après Zorobabel, nouvelle divergence des deux listes jusqu’à Joseph.

Notons quelques bizarreries :

– Il y a un Levi en Lc entre Zorobabel et Joseph. Or, Joseph est de la maison de David, de la tribu de Juda, et non de celle, sacerdotale, de Levi (c’est d’ailleurs un des arguments en faveur d’une généalogie de Marie. Les gens se mariaient plutôt dans leur tribu. Si elle est parente d’Elisabeth, femme du prêtre Zacharie, elle est peut-être de la tribu de Levi)

–  Mt prétend au verset 17 qu’il y a 3 groupes de 14 générations. Or, il n’y a que 12 noms dans la série de Jéchonias à Joseph. Il faudrait donc ajouter +1 pour Jésus. Où est le 14e de cette série ?

–  Les séries de Lc sont : 20 d’Adam à Thara, 14 d’Abraham à Jessé, 21 de David à Neri (plus ou moins l’époque de l’Exil à Babylone, puisque cela enchaine ensuite sur Salathiel après l’Exil), 21 de Salathiel à Joseph. Il y a donc beaucoup plus de générations chez Lc, plus ou moins multiples de 7, ce qui indique des chiffrages symboliques. Le but n’est pas d’indiquer des filiations strictes mais des lignées plus ou moins lâches.

Nous pensons que là est la clef de lecture :

–  Les deux généalogies incluent les personnages les plus importants de l’Histoire du Salut : les patriarches, les ascendants directs de David et lui-même, Zorobabel, personnage-clef  de la reconstruction après l’Exil, et son père

–  Mt insiste sur l’inscription dans le Peuple juif, à partir d’Abraham, sur la lignée royale de David, l’histoire du salut qui se déploie. Le fait qu’il mentionne quelques femmes a été beaucoup commenté. A chaque fois, il s’agit d’une naissance « problématique » (incestueuse, adultérine, avec une prostituée, une non-juive, hors mariage s’agissant de Marie). L’interprétation la plus courante montre que le plan de Dieu se déploie même dans les accidents de l’Histoire, les situations irrégulières et le péché des hommes

–  Pour arriver à 14 dans la dernière série mathéenne, il faut rajouter l’Esprit-Saint dans la généalogie. C’est le message qu’il veut faire passer : l’Esprit-Saint à l’œuvre dans l’Histoire et l’inscription de Jésus dans cette Histoire sainte

– Chez Lc, il faut rajouter Dieu à l’origine et Jésus à l’aboutissement pour avoir des séries multiples de 7. Dieu est Père de Jésus, mais Jésus est homme. C’est d’une part, la Création de l’Homme par Dieu (Adam), puis l’Incarnation de Dieu (Jésus) dans une lignée humaine, qui permettent au salut de se déployer

– Enfin, le fait de remonter à rebours à partir de Jésus jusqu’à Dieu montre plutôt la filiation théologique, le Mystère de l’Incarnation, qu’une approche historique comme chez Mt.

Pourquoi 2 généalogies de Jésus? (2/2)
4 (80%) 1 vote