Place de la femme à la messe

Je viens vers vous avec une question simple: quelle est la place de la femme dans l’Eglise? Ou plus précisément, dans la participation à la messe? Merci pour vos éclairages.

La question n’est, en fait, pas simple du tout et nous remercions son auteur d’avoir un peu sérié son contenu. En effet, le thème peut être abordé sur le plan théologique, ecclésial, spirituel, sociologique, historique etc.

Nous ne voyons pas quoi dire sur la place de la femme à la participation à la messe qui la différencierait des laïcs hommes. Les ministres ordonnés sont des hommes. Ce sont donc eux qui célèbrent (prêtres) ou servent (diacres) la messe. Les autres fidèles, peu importe qu’ils soient hommes ou femmes, y participent. En effet, une eucharistie est célébrée par le prêtre, mais avec l’assemblée qui chante, prie, répond lorsque c’est son tour de le faire. Ainsi, le moment le plus important de la messe n’est pas, comme on le croit souvent, la consécration ou la communion. C’est la doxologie qui termine la prière eucharistique – le « par Lui, avec Lui et en Lui » – et qui se doit d’avoir un « amen » de l’assemblée. Ce n’est que quand l’assemblée proclame sa foi dans le mystère que le prêtre vient de célébrer que l’eucharistie s’est vraiment déroulée.

Signalons au passage qu’il en résulte qu’une personne ne pouvant communier, ne serait-ce que parce qu’elle est arrivée en retard après la lecture de l’Evangile, ou pour toute autre raison, a participé à l’eucharistie si 1) elle est présente à la consécration 2) a répondu « amen » après la doxologie de fin de prière eucharistie.

Pour en revenir aux femmes, par délégation de l’évêque du lieu, certains ministères extraordinaires peuvent être tenus par des laïcs : lectures avant l’Evangile (l’Evangile est toujours lu par un ministre ordonné, prêtre ou diacre), quête, animation des chants, distribution de la communion.

Place de la femme à la messe
3.5 (70%) 2 votes