Peut-on honorer les icônes?

Icône représentant le concile de Nicée II

Question complète: J’ai lu, dans la Bible, que l’un des commandements de la loi de Moïse interdisait de faire des images de Dieu. Pourtant, nous représentons Dieu dans les églises. Pourquoi cette contradiction?

 

Il est vrai que Moïse a interdit toute représentation de Dieu. C’est un commandement impérieux, qui se situe juste après l’interdiction de l’idolâtrie:

Tu ne te feras aucune image sculptée, rien qui ressemble à ce qui est dans les cieux, là-haut, ou sur la terre, ici-bas, ou dans les eaux, au-dessous de la terre (Ex XX,4).

Et l’Eglise catholique continue à obéir aux dix commandements, expression de la loi naturelle.

Cependant, depuis Moïse, une chose essentielle a changé: Dieu s’est incarné. Nous avons pu le voir et le toucher. Nous avons donc une représentation de la divinité.

La question de la représentation de Dieu, du Christ, et des saints, a été longuement débattue dans les premiers siècles de l’ère chrétienne. Les uns voulaient maintenir l’interdiction judaïque; les autres vénéraient les saintes images. Finalement, le deuxième concile de Nicée (787) a condamné l’iconoclasme, c’est-à-dire la destruction des icônes, au nom de cet interdit de l’idolâtrie. Naturellement, le concile n’a pas, pour autant, autorisé l’idolâtrie. Il a précisé qu’il était permis aux fidèles de vénérer les statues et les icones, dans la mesure où cette vénération ne s’adressait pas à une représentation, mais à ce qui était représenté (Dieu, le Christ ou les saints).

Les représentations sont un moyen précieux pour appuyer notre prière sur une réalité sensible, mais – cela va sans dire, mais cela va mieux en le disant! – gardons-nous toujours de l’idolâtrie!

Peut-on honorer les icônes?
3.5 (70%) 6 votes