Peut-on être catholique et féministe?

Peut-on être catholique et féministe ?

C’est un lieu commun sociologique que de dire qu’il n’y a pas un mais des féminismes. L’idéologie du gender qui prétend déconstruire les genres n’est pas le féminisme de #MeToo, ils sont même incompatibles puisque ce dernier fige, au contraire, les stéréotypes de genre…Et ils diffèrent du féminisme des années 70.

Tout cela pour dire que, oui, on peut être catholique et féministe. Il y a même des théologiennes féministes qui montrent comment, dans la Bible, le traitement des femmes est corrélé à la fidélité à Dieu. En gros, quand les femmes sont bafouées, la volonté de Dieu n’est pas respectée, comme quand Abraham prostitue Sarah ou a des relations avec Hagar ; ou encore quand David prend Bethsabée… Et qu’elle l’est quand la dignité de la femme est respectée. Par exemple, le fils de la promesse nait dans l’union conjugale d’Abraham et de sa femme, même stérile. Mais cela dépend de quel féminisme on parle.

Si par « féminisme », on entend le respect de la dignité de la femme et son égale élection au salut, alors oui, le catholicisme est féministe :

  • Jésus avait des disciples femmes conjointement aux Apôtres
  • Elles sont les premiers témoins de la Résurrection
  • Les femmes sont donc, comme nous venons le dire, appelées au salut autant que les hommes
  • St Paul indique qu’elles peuvent être inspirées par l’Esprit Saint et prophétiser (1 Co 12), même si elles ne doivent pas le faire n’importe comment
  • Dès les Actes des Apôtres et en 1 Co 7, les femmes ont le droit de ne pas se marier en vue d’une vie consacrée. Elles peuvent donc avoir un statut social autrement qu’en dépendant d’un homme et par la maternité
  • Avec les mères du désert oriental et le monachisme occidental, elles peuvent s’organiser en communautés ayant leur propre gouvernement et leur propre charisme
  • Tout le monde n’est pas dans la vie consacrée. Le droit canon ne distingue pas d’inégalités homme-femme, que ce soit en matière matrimoniale, civile, économique etc. Ce qui n’est pas le cas des lois civiles (femmes ne pouvant pas ouvrir un compte en banque jusqu’à assez récemment) ou religieuses d’autres religions (femme musulmane héritant de moitié moins qu’un frère)
  • Sur le plan matrimonial, le catholicisme a aboli la répudiation des femmes, la polygamie et condamne le concubinage où la femme n’est pas respectée comme épouse
  • Sur le plan spirituel, il y a 53% de saintes, donc plus de femmes honorées comme modèles que d’hommes, et cela ne fait qu’augmenter au fur et à mesure des siècles
  • Etc.
Peut-on être catholique et féministe?
5 (100%) 2 votes