Peut-on dire que le mal n’existe pas?

Lors d’une homélie, j’ai entendu ceci : “Puisque l’homme a été créé à l’image de Dieu, il ne peut être que bon. Le mal, en soi n’existe pas. Ce sont nos actes qui sont mauvais.” Une personne, aussi perplexe que moi, a posé cette question au prêtre à la sortie de la messe :” alors le mal, il est où ?”. Réponse : “c’est une question à laquelle on ne pourra jamais répondre. ” Ce prêtre nie-t-il le péché originel ou l’existence du Malin ? Pouvez-vous, s’il vous plaît m’aider à sortir de l’ambigüité ?

Difficile de prêcher sur le mal, tant ce sujet est délicat. Le prêtre avait raison sur la première partie de son affirmation : l’homme a été créé à l’image de Dieu et il est donc bon par nature. C’est par accident, suite au péché originel, qu’il peut commettre le mal (mais il n’est pas « mauvais ». En ce sens « il ne peut être que bon »).

Une explication du mal comme n’existant pas en soi mais étant un déficit de bien est bien présente en philosophie. C’est celle adoptée par Einstein, pour qui le mal est l’absence de Dieu, comme le vide intersidéral est l’absence de lumière, le froid l’absence d’une source de chaleur etc. C’est séduisant mais ce n’est pas tout à fait la doctrine catholique. Certes, en métaphysique chrétienne, dans la scholastique thomiste, par exemple, Dieu est l’Etre, le Bon, le Vrai, le Beau et le Mal est l’inverse : le mal mais aussi le faux et le laid… Et, par suite logique, le non-être. Mais l’Ecriture nous apprend qu’il y a bien une intelligence du mal. Satan, le diable, « l’antique serpent », comme dit l’Apocalypse, existe et il est une créature, un ange révolté par orgueil contre Dieu.

Là où le prédicateur n’a pas tort, c’est qu’on ne peut pas répondre à la question du mal et c’est normal : Dieu est le Logos, la Raison en grec (cf. Jn 1,1. On traduit « Au commencement était le Verbe » mais logos, traduit par « Verbe » veut dire tout autant « raison », comme dans toutes les disciplines se terminant par « -logie » : ophtalomologie, oncologie etc), donc le mal n’est pas de l’ordre de la raison. Il est absurde. Et on n’explique pas l’absurde. Cf. nos articles sur le sujet, dont https://www.reponses-catholiques.fr/le-bien-et-le-mal-sont-ils-comprehensibles/.

Il en résulte que ce prêtre ne nie pas forcément l’existence du Malin ou le péché originel. Dans le fond, qui peut dire ce qui s’est passé par la tête de Satan/Lucifer et d’Adam et Eve pour commettre stupidement un mal contraire, au final, à leurs intérêts ? Ce n’étaient pas des choix logiques. Ce prédicateur avait plutôt situé sa réponse sur le plan métaphysique, comme un St Thomas d’Aquin, pour rejoindre des fidèles – peut-être un peu trop rationalistes mais un prêtre doit faire avec – que le discours biblique touche peu. Naturellement, il ne faut pas tomber dans le travers inverse, qui serait de passer sous silence la Révélation biblique. Une théologie catholique bien comprise sait faire les deux.