Patriarches catholiques et orthodoxes

Il semblerait que les orthodoxes n’ont jamais remplacé le patriarche de Rome (le pape) par un des leurs mais l’Église catholique semble avoir nommé des patriarches orientaux depuis le schisme. Question: ont ils le même rôle que pour les orthodoxes? Et si oui quel patriarche présidera en cas de réunion des églises catholiques et orthodoxes? La nomination de patriarches catholiques d’orient ne posent ils pas un obstacle au retour à la pleine communion des catholiques et des orthodoxes?

C’est un des points majeurs de crispation dans le dialogue œcuménique entre catholiques et orthodoxes. Ces derniers reprochent, en effet, beaucoup aux Latins d’avoir nommé des évêques, et donc des patriarches, là où leurs homologues orthodoxes étaient en place.

Le raisonnement de l’Eglise latine est que, puisqu’il y a schisme, ce sont les orthodoxes qui sont « sortis » de l’Eglise catholique. Dans ce cas, il faut nommer des évêques catholiques, comme des évêques catholiques étaient en place face à des ariens, donatistes, puis plus tard anglicans ou lefebvristes.

Ceci dit, l’Eglise catholique ne nie pas non plus la succession épiscopale des orthodoxes. Il y a des patriarches latins, comme celui de Jérusalem, mais cela ne poserait pas de problème en cas de retour à la pleine communion. On peut envisager qu’ils continueraient à être les pasteurs des fidèles de rite latin. La question se poserait surtout pour les grecs-catholiques. Les autres confessions (arméniens séparés entre catholiques et église apostolique arménienne, coptes orthodoxes et catholiques, assyriens et chaldéen etc) ont leur propre hiérarchie et il faudrait que toutes ces églises indépendantes se rallient à Rome. On en est loin.

On peut supposer qu’une solution de type de celle qui a été trouvée pour les prêtres anglicans redevenus catholiques se mettrait en place. Les deux hiérarchies ecclésiastiques coexistent en communion dans l’Eglise catholique. Eventuellement, au décès de l’un ou l’autre patriarche, le problème pourrait se résoudre. Cette réponse n’engage que nous car la question trouvera sans doute sa véritable réponse quand elle  se réalisera concrètement. L’important à ce stade est de prier pour que cela arrive.

Répondre