Parler en langue est-il une supériorité?

Suite à votre réponse sur le “parler en langues”, je suis dubitatif. Le bénéficiaire de ce charisme serait-il le fait d’une grande élévation spirituelle ? Il y a un risque de tristesse et de frustration pour celui qui en est exclu,.. Et pourquoi ce don apparait-il uniquement dans les réunions du Renouveau Charismatique ?

Tous les auteurs mystiques expliquent qu’avoir un charisme particulier – ici parler en langues – n’est en rien l’indice d’une élévation spirituelle plus grande que pour ceux qui n’ont pas ce charisme. Nous l’avons rappelé dans l’article https://www.reponses-catholiques.fr/ressentir-jesus-dans-son-coeur/. Au contraire, ils invitent à ne pas tenir compte, dans un premier temps, de ce charisme, et de ne l’exercer qu’après avoir confirmé avec un accompagnateur spirituel sérieux qu’il vient bien de Dieu.

De même, ils insistent tous pour dire que la vie chrétienne n’a pas besoin de charisme spectaculaire pour cheminer vers la sainteté. Des personnes qui ne vivent jamais d’expérience mystique peuvent devenir de très grands saints. Il y en a plein le martyrologe. Par conséquent, il n’y a pas lieu de ressentir tristesse et frustration si on ne parle pas en langue. Si quelqu’un se sent triste et frustré de ce fait, il peut être sûr que ces mouvements intérieurs ne viennent pas du bon esprit. Il doit donc s’interroger sérieusement, toujours avec l’aide d’un accompagnateur, sur ce qui provoque ces sentiments : jalousie ? Orgueil ? Désir de paraître ?

On peut donc être un très grand saint sans parler en langues et il ne faut pas se tromper : rien n’oblige qui que ce soit à le faire.

Mais quant à savoir pourquoi le don de glossolalie n’apparait que dans les réunions du Renouveau charismatique, c’est une excellente question… A laquelle nous ne pouvons répondre que par une autre question : que font les autres pour accueillir l’Esprit Saint ?

Parler en langue est-il une supériorité?
4.4 (88.57%) 7 votes