Pardon des péchés mortels

confessionnal

Question: Les péchés mortels peuvent-ils être pardonnés sans confession?

La tradition chrétienne distingue les péchés véniels, mineurs, qui peuvent être absous lors de la récitation du « Je confesse à Dieu » / Kyrie, à la messe, des péchés mortels, qui nécessitent une confession auriculaire pour être pardonnés. Naturellement, on peut confesser tous les péchés, quelle que soit leur gravité, en confession.

Les théologiens actuels ne parlent plus tellement en termes de péchés véniels et mortels, car personne ne peut s’aventurer à affirmer catégoriquement la damnation de quelqu’un (puisque les péchés sont dits mortels, au sens où ils entrainent la mort éternelle, la damnation). On parle plutôt des péchés en termes de gravité. Les péchés les plus graves sont l’apostasie (renier Dieu ou la foi chrétienne), le meurtre (donc le suicide et la participation à un avortement) et l’adultère (donc le remariage de divorcés, la vie en concubinage de personnes ayant été mariées). Ils entraînent une excommunication, qui peut être latae sententiae (c’est-à-dire automatique, sans qu’une décision d’un tribunal ecclésiastique la prononce) dans certains cas comme l’avortement. Ils doivent impérativement être confessés pour être pardonnés et parfois même en tant que péchés réservés à des prêtres spécialement désignés pour cela dans un diocèse (c’est également le cas pour l’avortement).

D’autres péchés peuvent être considérés, selon les circonstances, comme graves et entrainer une excommunication s’ils ne sont pas confessés, comme par exemple certains cas de corruption ou d’actions mafieuses. Le Pape François a ainsi excommunié des parrains de la Mafia. A l’inverse, le suicide d’un enfant n’a pas la même gravité que celui d’un adulte, car l’enfant est considéré comme n’ayant pas un plein discernement comme celui d’un adulte.

Il arrive que les péchés, quels qu’ils soient, soit pardonnés sans confession auriculaire, par exemple lors d’une absolution collective en cas de danger de mort imminente, si la personne n’a matériellement pas le temps de se confesser. C’est par exemple ce qui s’est passé pendant le naufrage du Titanic, quand les prêtres qui se trouvaient à bord se sont rendu compte qu’ils n’auraient pas le temps de confesser tous les pénitents avant que le bateau ne sombre complètement. Ils ont donné une absolution collective. Une autre façon d’absoudre les péchés est le sacrement des malades, rite à la fois pénitentiel et rappel du baptême, en tant que passage par la mort et la résurrection du Christ. Enfin, l’année de la miséricorde qui s’ouvre le 8 décembre 2015 a pour visée de permettre à chacun de découvrir la miséricorde de Dieu. Tous les prêtres sont dans ce cadre habilités à confesser tous les péchés, sans qu’il y ait de péchés réservés.

Pardon des péchés mortels
3 (60%) 9 votes

Commentaires

  1. Cappamagna

    Le concubinage est un péché grave que la personne ait été mariée ou non, de même que les relations charnelles en dehors des liens du mariage. Etre en état de péché grave empêche la personne qui s’y trouve d’accéder à la communion eucharistique. Merci de le rappeler à trop de jeunes catholiques qui semblent l’ignorer.

Les commentaires sont fermés.